Logo Femmes de Bretagne et de Loire-Atlantique

Julie Simon et Eleonore Abadie imaginent un contraceptif masculin naturel

La révolution en matière de contraception viendra peut-être de Brest. Et elle s’adresse aux hommes. Deux étudiantes de l’IMT Atlantique travaillent actuellement sur un boxer contraceptif naturel. Elles sont les lauréates « Porteuse de projet » du prix Eco-Visionnaires.

Julie Simon, 23 ans, et Eleonore Abadie, 24 ans, sont étudiantes à l’école d’ingénieur IMT Atlantique à Brest. Spécialisées dans le digital et l’ingénierie biomédicale, elles ont pris une année de césure pour développer une start-up, Cobalt Contraception, dont le but est de mettre au point un nouveau dispositif de contraception masculine. Celui-ci se compose d’un boxer (sous-vêtement) de contraception thermique et d’une application de suivi du protocole médical. « Pendant un cours, nous devions trouver une problématique, réaliser une enquête de terrain et analyser un marché, raconte Julie Simon. Nous nous sommes intéressées à la contraception en nous demandant pourquoi il y avait tant de possibilités pour les femmes et aussi peu pour les hommes. C’est ainsi que nous avons voulu créer le premier contraceptif masculin non invasif, naturel et réversible ».

Soutenues par l’IMT Atlantique, le CHU de Toulouse et l’IFTH

Pour cela, elles ont intégré l’incubateur de l’IMT Atlantique, qui les accompagne dans la définition de leur modèle économique, la mise en relation avec des partenaires et futurs clients, etc. « Nous avons découvert la méthode thermique, inventée dans les années 1970 par le Dr Roger Mieusset du CHU de Toulouse ». Ses recherches n’avaient jusqu’alors débouché sur aucun dispositif concret ni homologué. Les deux jeunes femmes se rapprochent alors du CHU, qui devient leur partenaire. « Ils se chargent des essais cliniques », précise Julie Simon. L’objectif est de créer le premier produit certifié de ce type. Pour faire évoluer leur prototype, les deux jeunes femmes travaillent également avec l’IFTH (Institut Français du Textile et de l’Habillement). Accompagnées par leur école et l’incubateur, elles ont pu créer officiellement une structure juridique pour leur entreprise, Cobalt Contraception, dont elles sont les deux seules associées. C’était en octobre 2023. Et l’aventure accélère. 

Un long processus jusqu’à la mise sur le marché

En continuant de débroussailler les normes, les réglementations médicales, les possibilités de financement, elles vont tout prochainement ouvrir leur bureau d’étude, hébergé à l’IFTH. « En mars 2024, nous pourrons commencer les tests avec nos prototypes, se réjouit Julie Simon. En janvier 2025, les premiers essais cliniques pourront avoir lieu, pendant un an. Enfin, si nous apportons la preuve de son efficacité, le produit pourra être mis sur le marché en 2026 ou 2027. » Un long chemin, car les jeunes femmes touchent au domaine médical, avec le sujet de la contraception. « Nous devons démontrer que la méthode permet d’atteindre le seuil contraceptif de moins de 1 million de spermatozoïdes par litre, comme défini par l’OMS », détaille Eleonore Abadie. Leur méthode dite thermique repose sur la remontée mécanique des testicules par le boxer, ce qui augmente leur température de quelques degrés, inhibant alors la spermatogenèse. Il faut pour cela porter le sous-vêtement 15 heures par jour pendant trois mois. Si le patient arrête de le porter, il retrouvera sa fertilité naturellement. 

Ce concept novateur et naturel, qui permet aux couples de partager la charge mentale de la contraception, a séduit le jury du Prix Eco-Visionnaires. Julie Simon et Eleonore Abadie, nouvelles adhérentes de Femmes de Bretagne, se lancent dans l’entrepreneuriat avec cette envie de faire bouger les lignes, en s’engageant sur un sujet de société. « Même si cela fait peur, avouent-elles. Comme beaucoup de femmes, nous nous mettons la pression, on est au taquet tout le temps ! Mais nous sommes deux et cela nous aide, nous pouvons échanger sur nos problématiques, s’entraîner à pitcher, et puis nous avons des personnalités complémentaires ! »