Logo Femmes de Bretagne et de Loire-Atlantique

3 Questions à… Carole Raimbault, directrice du magasin Printemps de Rennes

Originaire de Tours, Carole Raimbault est arrivée dans la capitale bretonne en 2022 pour prendre la direction du magasin Printemps de Rennes Alma. Très attachée au bien-être en entreprise, elle apporte son soutien à Femmes de Bretagne et au Prix Eco-visionnaires.

Carole Raimbault, vous êtes à la tête du magasin Printemps de Rennes, qui emploie 160 collaborateurs et accueille une centaine de marques. Racontez-nous votre parcours !

J’ai 52 ans. Après un Bac+5 en gestion des entreprises, j’ai démarré une carrière dans le marketing, notamment pour l’enseigne Photo Station. En suivant mon mari qui était muté, j’ai ensuite été chargée des programmes de marketing pour Capgemini, avant de rentrer au Printemps à Nancy comme manager. Mais comment évoluer dans une entreprise quand on n’est pas mobile ? L’une des solutions est de savoir changer de métier. J’ai donc évolué à des fonctions de RH, accompagnée dans cette mobilité de poste par le Printemps, qui m’a fait confiance et formée en droit du travail, en droit social, etc. J’avais toujours eu une fibre attentive au talent des collaborateurs, et je voulais que chacun soit au bon endroit au bon moment pour s’épanouir. Quand mon papa est tombé malade, j’ai quitté mon poste. Je me suis recentrée sur ma famille, puis j’ai intégré un cabinet de conseil où j’ai accompagné des demandeurs d’emploi à reprendre confiance et valoriser leur image professionnelle. J’ai adoré. Une nouvelle opportunité me fait retourner au Printemps, aux RH, en 2018. En 2022, on me propose la direction du Printemps de Rennes, et cette fois, c’est mon tour de me consacrer à ma carrière. Mon mari m’a suivie. Aujourd’hui, je suis le chef d’orchestre qui coordonne tous les métiers et les talents du magasin. J’aime cette ambiance de ruche !

Pourquoi soutenez-vous Femmes de Bretagne à travers le prix Eco-visionnaires ?

Femmes de Bretagne soutient l’entrepreneuriat et nous, nous essayons de trouver de la place dans nos espaces pour faire découvrir des talents locaux. En devenant partenaire du Prix Eco-visionnaires, cela me permet de donner de la visibilité au Printemps. Mais surtout, ce prix correspond aux sujets qui m’animent au quotidien. D’abord, il met en valeur l’entrepreneuriat, et je suis admirative de ces talents, de leur détermination et de leur créativité. Ensuite ce sont des femmes : leur représentation dans l’entreprise demande à être bousculée. Enfin, le prix répond à des enjeux sociétaux : l’éco-responsabilité me parle depuis longtemps dans ma vie personnelle, et dans le magasin, nous nous engageons à notre niveau pour économiser l’énergie et mettre en avant par exemple des marques responsables. A l’occasion du prix éco-visionnaires, nous offrons une expérience shopping avec un personal shopper et une carte cadeau de 100 euros à chaque lauréate. Car la tenue est importante quand on est chef d’entreprise !

Quel conseil donneriez-vous aux créatrices d’entreprise ?

C’est la tenue qui vous donne confiance en vous. Cela paraît basique, mais il est essentiel de se demander « est-ce que je me plais ? », pour avoir confiance et une bonne estime de soi. Le choix de la tenue va dépendre de nos objectifs, de l’image que l’on veut donner en fonction du contexte. Il faut s’y arrêter deux secondes. Car être chef d’entreprise c’est être en représentation, que ce soit avec un banquier, un élu, un client, un journaliste. Avoir un bon basique, comme un tailleur, que l’on accessoirise avec un foulard, une ceinture, des chaussures, va tout de suite donner du style.