Logo Femmes de Bretagne et de Loire-Atlantique

Sabine Rainard, révélatrice de marque et d’être(s)

Sabine Rainard

Elle est pleine de dynamisme et de tonus ! Sabine Rainard, coordinatrice du réseau Femmes de Bretagne à Nantes, a créé sa dernière entreprise en 2017 où elle fait « de la communication énergétique, du marketing du cœur et de la stratégie intuitive. » Rencontre.

Sabine Rainard, c’est déjà 22 ans d’entrepreneuriat ! Le fruit d’une longue histoire, débutée à Chartres où elle naît en 1979. De là, elle file à Paris pour des études d’arts appliqués à l’école Duperré : « Je voulais découvrir la créativité, toucher les couleurs et les matières. J’ai eu une appétence pour la communication très tôt. Je souhaitais devenir directrice artistique », se souvient-elle.

En 2001, elle s’installe en free-lance, travaille comme « chef de projet, directrice artistique et communicante » pour des startups. Puis rejoint le bureau de style Nelly Rodi à Paris, de 2002 à 2007.

À la naissance de son premier enfant, bientôt suivi d’un deuxième, elle retourne à Chartres où elle monte une agence de communication. Dans la foulée, en 2009, elle créé sa propre marque de faire-part sur mesure (« Un point c’est tout »), avant de monter un collectif de créatifs (le CC28) : « Je suis tout le temps en train de créer des choses. Je suis toujours en amont, dans l’innovation, je capte les tendances. Le concept du collectif n’existait pas encore. Nous organisions des événements, répondions à des appels d’offres… J’ai fait de belles rencontres. »

« Une démarche particulière »

C’est précisément grâce à ce réseau qu’elle est embauchée en 2011 chez PRODMachine, « bureau de fabrication de référence » à Paris. Elle devient chef de fabrication. « J’étais responsable de la communication et du commercial. J’ai développé une clientèle de luxe, je travaillais sur les marques dans l’excellence. J’avais carte blanche et une grande liberté. »

L’aventure dure six ans. La suite ? C’est encore un retour à Chartres où, le 1er mars 2017, elle monte sa société, baptisée « Lumineuse » : « Il s’agissait d’une agence de conseil en audace créative pour accompagner les chefs d’entreprise. Ma mission, c’est d’être Révélatrice de marque et d’être(s). Je propose un accompagnement très global, je travaille sur le positionnement, l’identité, les valeurs, je parle de l’énergie de la marque. Je fais de la communication énergétique, du marketing de coeur et de la stratégie intuitive. C’est une démarche particulière. Je me connecte à l’énergie, j’ai accès à des informations, que je traduis, que je révèle. Cela permet de travailler l’identité visuelle, un site internet, des plaquettes, des lignes éditoriales… C’est une méthode intuitive et impalpable. »

Trois livres

Dans le même temps, jamais à court d’énergie, Sabine se met à écrire. Et signe aux éditons Marie Claire, sous son nom, 3 livres en 8 mois ! « Il y a trois livres sur le développement personnel et spirituel. J’avais l’agence le jour et l’écriture la nuit. »

Fin 2020, Sabine bouge de nouveau et pose ses valises à Nantes. Très vite, elle rejoint l’association Femmes de Bretagne : « Cela faisait longtemps que je m’y intéressais. Je me disais que j’adorerais habiter dans l’Ouest pour y aller ! ».

Elle découvre ainsi le réseau de Nantes Sud, d’abord comme adhérente. Puis devient coordinatrice de Nantes centre en octobre 2022. « Je suis très contente d’animer ce réseau. J’organise des ateliers, des conférences, des after-work… J’aime créer des partenariats, des connexions, rassembler les gens ! » C’est bien ce qu’elle fait, avec passion et vigueur !

Démonstration auprès des jeunes diplômées

Au sein d’ateliers, de rencontres et de mises en réseau, Femmes de Bretagne apporte des outils de confiance et d’organisation pour les femmes entrepreneurs. De nouveaux modèles d’accompagnement sont également en réflexion comme le marrainage ou la sensibilisation envers les jeunes diplômées. « En échangeant entre elles sur leurs mêmes problématiques, les jeunes créatrices ou porteuses de projets se rendent compte qu’il est possible de conjuguer vie professionnelle et vie personnelle. Tout est question d’équilibre et de soutien », assure Marie Disserbo. « Aujourd’hui, les jeunes créatrices n’ont pas envie de réduire leur mission à un job salarié, ni de gravir les échelons mais davantage de goûter à une multitude d’expériences. La création d’entreprise est une alternative. Cette nouvelle vie est véritablement source d’épanouissement. » 

Si Femme de Bretagne se positionne comme un acteur essentiel de l’entrepreneuriat féminin, à un moment charnière que vit notre société, Marie Disserbo sait qu’il faut encore inculquer l’agilité afin de tirer toutes les opportunités de cette situation exceptionnelle.