Logo Femmes de Bretagne et de Loire-Atlantique

Sabrina Lemaréchal, de dentiste à créatrice de bijoux

Comment passer du milieu médical à la création de bijoux ? C’est le parcours de Sabrina Lemaréchal. Aujourd’hui entrepreneure, elle vit de sa passion après avoir soigné les dents des tout-petits. Un parcours étonnant !

Sabrina Lemaréchal est la preuve vivante que rien n’est impossible quand une passion vous anime ! A 41 ans, cette Rennaise est créatrice et dirigeante de la marque de bijoux Demisel. Si elle a officiellement créé son entreprise et embauché deux collaboratrices en mai 2021, son aventure dans l’artisanat a démarré il y a bien plus longtemps. Depuis son plus jeune âge, Sabrina Lemaréchal se passionne pour la couture, imagine des bijoux pour son entourage, en feutrine, avec de petites billes ou de la pâte Fimo… Pour autant, la jeune femme n’imagine pas vivre un jour de ses créations. Son bac en poche, elle se dirige vers d’autres passions : les maths et la médecine. Elle poursuit des études de dentiste, se spécialisant en dentisterie pédiatrique. Elle réalise même un master de recherche avec l’idée d’enseigner à la faculté. A l’issue de ses études, en 2007, elle part à Barcelone avec son compagnon, lui aussi dentiste, pour connaître une expérience professionnelle à l’étranger. « Ce sont parmi les plus belles années de ma vie », confie-t-elle.

Là-bas, elle retrouve une amie avec qui elle partage la même passion pour les bijoux. « Ensemble, nous avons commencé à vendre nos créations dans plusieurs boutiques. En Espagne, il n’y avait pas besoin d’un numéro de Siret pour cela », raconte celle qui était alors dentiste trois jours par semaine, et créatrice de bijoux le reste du temps. Demisel naît donc en terre ibérique. Un nom de marque en guise de clin d’œil à un certain mal du pays breton ! « Nous chinions des vieilles dentelles, des tissus pour nos créations, se souvient Sabrina. Un jour, nous avons trouvé une vieille veste en cuir grise. J’ai alors eu un coup de cœur pour ce matériau, sa texture, la sensation des ciseaux à la découpe ».

Plusieurs vies en une

De retour en France, Sabrina Lemaréchal devient salariée à temps partiel dans un cabinet dentaire, obtient un poste de professeur en dentisterie pédiatrique, sans jamais abandonner sa passion, qui fait véritablement partie d’elle-même. « Le soir, le week-end, je créais mes bijoux. J’entend parler du statut d’auto-entrepreneur et décide de l’adopter pour pouvoir vendre dans des boutiques. Ce statut est une chance inouïe pour se lancer, tester ses produits ! » Sabrina sait de quoi elle parle. Demisel fait sensation, se positionnant désormais comme une marque de bijoux en cuir « engagée, légère et colorée ». « J’utilise des cuirs recyclés ou des chutes, que je me procure auprès de recycleries, de circuits secondaires, de peausseries… », détaille Sabrina Lemaréchal, engagée dans une démarche environnementale poussée. La créatrice s’inspire des couleurs qu’elle déniche pour imaginer des boucles d’oreilles, bracelets, broches, colliers… Son produit fétiche restant la boucle d’oreille. « C’est le seul bijou que je pouvais porter en tant que dentiste ! » Ses créations rencontrent leur public, dans une boutique de créateurs rennaise d’abord, puis dans une boutique partagée. Poursuivant ses deux carrières, la jeune femme trouve également le temps de donner naissance à ses deux enfants.

12.000 followers pour ses bijoux Demisel

En mars 2016, Sabrina Lemaréchal abandonne finalement la fraise et la blouse pour les cuirs et pinces à bijoux. « J’étais stressée. Dentiste, ce n’est habituellement pas un métier que l’on quitte comme ça ! Et puis, je ne me sentais pas légitime pour le métier de créatrice de bijoux… C’était un risque à prendre, mais mon entourage était très bienveillant. Je ne le regrette absolument pas », analyse la dirigeante. Elle travaille son catalogue, son site de vente en ligne, ses réseaux sociaux, s’entoure petit à petit de freelances pour assurer son développement. « C’était irréel ! J’ai kiffé tous les jours de travailler dans mon atelier ! », lance-t-elle. Jusqu’à la crise du Covid-19 et le confinement. « Les magasins étaient tous fermés. Alors, j’ai regardé des tutoriels pour booster mes réseaux, mes ventes en ligne. Et cela a explosé sur Instagram ! ». Ses 12.000 followers suivent ses nouveautés, ses vidéos, ses concours… A la fin du confinement, elle embauche ses deux freelance, Johanne et Leslie. Et installe son atelier dans un espace de coworking qu’elle crée de toute pièce. Sabrina Lemaréchal passe alors en société, sous forme de SARL. « J’ai fait beaucoup de paperasse depuis quelques mois. Mais cela s’est fait en douceur, et j’avais appris de bonnes bases en école dentaire sur la gestion d’un cabinet, la comptabilité. » La dirigeante adhère également au réseau Femmes de Bretagne, où elle « rencontre des profils très différents et des gens bienveillants, prêts à vous aider. On y voit le dynamisme du girl power ! » Sabrina Lemaréchal fait partie de ces femmes qui osent entreprendre, s’engager aussi pour les valeurs qu’elles défendent. « Il faut y aller car quand on est à sa place, ça se fait tout seul. Et il y a de la place pour tout le monde », conclut-elle.