Logo Femmes de Bretagne et de Loire-Atlantique

3 questions à Rim DHIFALLAH, sa devise : « l’impossible n’est pas féminin »

À 30 ans, Rim a déjà créé son propre laboratoire de cosmétiques à Vannes et mène son entreprise « Rim Paris », avec force et courage malgré les difficultés rencontrées. D’origine Tunisienne, elle se dit « Bretonne de cœur ». Ses clients au moyen orient l’appellent « La parfumeuse », mais c’est avant tout une femme qui n’a pas froid aux yeux !

Quel est ce parcours qui t’a incité à la création d’entreprise ?

Je suis née en Tunisie, et suis partie pour faire 5 ans d’études supérieures « d’ingénieure alchimiste en recherche et développement cosmétique » en France.

Les odeurs orientales de mon enfance m’ont sans doute donné envie de créer des parfums… Tout d’abord salariée pour des PME et des grands groupes comme Yves Rocher, j’ai ensuite créé mon entreprise en 2019, tout en dispensant des cours de physique chimie en cosmétologie à des étudiants en BTS, pour compléter mes revenus.

Aujourd’hui, je fais la composition des parfums pour des grossistes basés à l’étranger, mais j’aimerais aussi créer mes propres parfums, que je propose déjà à mon entourage ; ma mère est toujours la première à qui je fais valider mes essais, car elle est très exigeante !

L’année 2020 a été compliquée car les contrats décrochés ne se sont pas concrétisés, faute de sous-traitance. Finalement, la situation sanitaire a été un mal pour un bien, puisque je produis et vends à présent sur Internet !

Malgré les obstacles, je continue car j’ai fait de ma passion des odeurs et parfums, mon métier. Dans mon laboratoire, je sais ce que je veux et je peux laisser libre cours à ma créativité, même si j’ai des cahiers des charges, j’ai la liberté de créer, c’est illimité !

Comment Femmes de Bretagne a-t-elle contribué à la réalisation de ton entreprise ?

En tant qu’adhérente, j’avais la possibilité d’accéder au financement d’une école de commerce à Rennes, la « School of Business ». J’ai postulé, et mon dossier a été accepté, figurant pourtant parmi beaucoup d’autres projets passionnants. Les modules de management et marketing digital notamment, ont totalement complété ma formation initiale.

Rencontrer d’autres créatrices d’entreprise, m’a permis aussi d’échanger expériences et compétences ; c’était très enrichissant et soutenant parce qu’entreprendre n’est pas forcément toujours facile pour une femme et encore moins dans l’industrie ! Quand je rencontre mes fournisseurs ou clients au Moyen-Orient, on ne prend pas forcément au sérieux « une petite jeune » comme moi !

Quel est le message que tu voudrais faire passer aux femmes désirant créer leur entreprise ?

Lorsque j’étais étudiante ou salariée, je me disais que seuls les hommes pouvaient entreprendre car je voyais uniquement des cadres masculins, mais les femmes sont de plus en plus nombreuses à entreprendre. Elles gèrent, à mon sens, beaucoup mieux que les hommes leurs entreprises ; elles ne se servent pas du tout de leur position pour des intérêts personnels. On dit les femmes trop sentimentales, mais c’est justement cette sensibilité qui leur donne leur valeur. Alors j’encourage les femmes à surpasser leur peur de ne pas y arriver ! Il est important de bien s’entourer psychologiquement et financièrement, le soutien familial et amical a également contribué à ma réussite. Enfin, je dirais que le monde de demain, c’est aussi le monde de la femme parce que pour moi, la vie c’est féminin !

RIM Paris – 9 avenue Victor Hugo à Vannes.