Logo Femmes de Bretagne et de Loire-Atlantique

Sylvie Sallenave Facilitatrice au service du collectif

Nouvelle coordinatrice Femme de Bretagne à Questembert, Sylvie Sallenave se définit comme une facilitatrice. Animée par le souhait de faire grandir le collectif, elle met ses compétences au service de projets fédérateurs et rêve d’un lieu de co-working où l’humain y prendrait toute sa place. Rencontre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Originaire de Brest, Sylvie Sallenave se fait surnommer par certains « La Fée Clochette ». Ce n’est pas pour rien si cette future quadra, mère de deux enfants, fait vibrer sa baguette magique. Personnes en recherche d’emploi, licenciés économiques et porteurs de projets ont toujours rencontré son chemin pour une bonne raison. Sylvie Sallenave les accompagne, les guide et facilite leurs parcours. « Mes expériences professionnelles m’ont apporté des compétences multiples que je mets aujourd’hui à disposition de ceux qui en ont besoin », commente-t-elle.

Ressources humaines

Joueuse de flûte traversière, elle entre comme musicienne au sein du 3è RIMA de Vannes, afin de jouer dans les fanfares et les cérémonies militaires. Si les postes de flûtistes se font rare, elle réoriente alors son parcours dans les ressources humaines de l’Armée de Terre. C’est là qu’elle rencontre son mari. Avec bientôt deux enfants, la disponibilité requise par son métier ne correspond plus à la vie de famille qu’elle souhaite. Elle entreprend alors sa reconversion et quitte l’Armée pour réaliser un BTS Management des unités commerciales au lycée Saint-Paul de Vannes. « Grâce à mon précédent parcours, je me suis rendu compte que ce qui me plaisait c’était d’aider et d’accompagner les gens », raconte-t-elle. A 30 ans, elle poursuit en Licence Pro RH à l’UBS et effectue son alternance dans une agence de travail temporaire à Rennes afin de parfaire ses compétences. En 2013, elle est recrutée par Pôle Emploi et accompagne les salariés de Doux Pleucadeuc, licenciés économiques. « C’est une expérience riche d’enseignement, où il faut être à l’écoute pour accompagner des profils qui ont travaillé durant 30 ans dans la même entreprise, parfois au même poste. Mon ambition était de leur apporter de nouveaux projets, de leur prouver qu’il est toujours possible de changer de métier. J’ai observé rapidement qu’ils étaient éloignés du digital. On leur demandait de postuler en ligne, de déposer un CV sur une plateforme, mais ils n’avaient ni ordinateur ni compétences informatiques ! »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Réduire la fracture numérique

Sylvie Sallenave s’empare de cette problématique de fracture numérique. Elle se lance alors dans une nouvelle formation : Master 1 et 2 en Sciences et Education Technologiques pour l’Education et la Formation à Rennes 2. « J’ai participé à accompagner les usages du numériques au sein de la médiathèque départementale, puis j’ai participé à l’ouverture du collège d’Elven en accompagnant les professeurs sur leurs nouveaux outils ». Une somme d’expériences que Sylvie Sallenave met également à profit lors d’un permis vacances et travail au Canada à la rentrée 2018, auprès des enseignants canadiens. A son retour à Questembert, en octobre 2019, Sylvie n’a qu’une envie : créer sa propre entreprise afin d’accompagner encore et toujours les porteurs de projets. « Mon rêve est de créer un espace de co-working à Questembert qui puisse accueillir indépendants, auto-entrepreneurs mais pas que », indique-t-elle. « Mon projet correspond à un besoin du territoire que j’ai pu identifier. » C’est également dans le but de faciliter les connexions entre les porteurs de projets qu’elle s’est rapprochée du réseau Femmes de Bretagne et qu’elle en a pris la coordination pour le bassin de Questembert.

La Fabri3k, espace de co-working en devenir

« La Fabri3k, c’est son nom, vise à faire ensemble, développer ensemble et créer ensemble », dit-elle. Un lieu de collaboration que Sylvie Sallenave imagine dédié à l’insertion professionnelle, l’inclusion numérique et l’intergénérationnel. « Un lieu de rencontres, d’échanges, de conférences, d’expositions, d’ateliers collaboratifs, avec bureaux partagés, café numérique et espace culturel… » En résumé, un lieu convivial qui place l’humain au cœur. Alors que le pays de Questembert bénéficie d’un dynamisme important, avec 29 % de population supplémentaire entre 1999 et 2012, le territoire peut attirer de nombreux entrepreneurs. Sylvie Sallenave s’inspire des modèles de La Colloc à Lorient ou Le Reuz à Vannes et espère faire de ce lieu un espace unique, et inédit, de formation et de partage de connaissances. A la recherche du lieu idéal, elle continue ses démarches pour proposer un tiers-lieu, espace de coworking en milieu rural. Il ne demande désormais qu’à éclore…