Logo Femmes de Bretagne et de Loire-Atlantique

3 questions à … Sylvie Mousset, correspondante régionale de la Fondation SNCF en Bretagne

1 . Comment avez-vous connu l’association ?

En tant que correspondante de la fondation SNCF en Bretagne, j’anime les actions de la fondation sur le territoire. La fondation soutient des projets associatifs, des actions qui permettent de développer les territoires et leurs réseaux humains, rassembleurs et entreprenants. J’ai rencontré Marie Eloy en 2013 et j’ai vu le réseau « Femmes de Bretagne » prendre de l’ampleur, nourrie d’une énergie collective qui palpite aussi dans mon entreprise. Notre comité territorial a décidé de financer les actions du réseau pour la période 2019 à 2021. Des fonds sont versés pour développer les coordinations dans les zones rurales, notamment dans les zones rurales comme en Centre-Bretagne. L’idée est de favoriser l’entrepreneuriat comme levier de développement du territoire. La SNCF, via son réseau interne SNCF au Féminin, a à cœur de mettre en avant des actions et du partage pour une mixité la plus épanouie possible. « Femmes de Bretagne » est pleinement dans cette dynamique. Avec d’autres collègues, j’ai senti que je pouvais être utile en tant que bretonne solidaire pour renforcer cet esprit de coopération et d’entraide.

2 . Quel est le rôle de la fondation SNCF ?

Notre fondation existe depuis 25 ans et en 2019, nous avons soutenu 700 projets associatifs au niveau national et régional. Nous œuvons dans trois grands domaines : l’éducation pour tous, la culture qui éveille les sens et l’esprit et les solidarités. Pour « Femmes de Bretagne », la fondation consolide les coordinations locales qui aident les femmes à oser entreprendre. Le réseau permet de rompre l’isolement des femmes, de développer des rencontres et de créer une dynamique auprès des acteurs locaux. Ces actions solidaires, d’entraide et de fraternité, entrent dans le champ d’action de la fondation. Nous cherchons également à amplifier nos missions en mécénat de compétences lors des animations locales. La SNCF mise sur l’engagement de ses salarié.es, qui peuvent, grâce à leurs managers, mettre à disposition leurs compétences auprès des associations jusqu’à 10 jours par an, sur leur temps de travail. Récemment par exemple une de mes collègues a réalisé 2 réunions de co-développement pour le réseau des coordinatrices. Cet engagement citoyen est essentiel pour développer les solidarités, d’autant plus en ces temps si bousculés, incertains mais prometteurs aussi de nouveaux challenges. Nous ne sommes pas une fondation d’apparat. Nous collaborons véritablement au projet des associations et c’est ce qui nous fait vibrer à leurs côtés.

3 . Quelle est votre vision de l’entrepreneuriat au féminin ?

Je crois en la force des entreprises pour développer les territoires. Toutes les entreprises, quelque soient leurs tailles, permettent d’enrichir et de mailler le territoire. Les femmes ont évidemment leur rôle à jouer dans ce domaine. Ce n’est pas toujours simple, il y a beaucoup de barrières, des risques à prendre et « Femmes de Bretagne » est là pour aider les femmes porteuses de projet à trouver leur place. Je crois aussi beaucoup à l’intrapreneuriat, le fait d’entreprendre à l’intérieur même des entreprises. Les risques sont différents mais les enjeux sont tout aussi importants, notamment pour la carrière des femmes à l’intérieur des entreprises. Nous sommes toutes des Femmes de Bretagne. Notre Fondation est aussi faite pour partager à vos côtés ces convictions et dire le plus fort possible, au plus grand nombre, et dès le plus jeune âge : tout est possible et, ensemble, osons oser!

Pour en savoir plus > ICI