Logo Femmes de Bretagne et de Loire-Atlantique

Mademoiselle Emily : un food truck spécialisé dans les Bagels et les pâtisseries !

Depuis octobre 2019, Emily Cormerais promène son food truck en Loire-Atlantique. Au menu : des Bagels et des desserts faits maison avec ses parents pâtissiers.

Derrière son stand de Bagels et de pâtisseries gourmandes, Emily Cormerais affiche un large sourire. Tout va mieux en effet pour cette demoiselle de 41 ans, née à Paris où elle a vécu 39 ans. Après un Deug de Sciences Humaines abandonné en cours de route, elle travaille « directement » dans la restauration.

Sans « diplôme reconnu », elle passe deux ans chez Mac Do pour en obtenir un. Puis devient manager pour différents commerces : elle vend des livres, des produits de beauté aussi bien que des cassettes VHS ! En 2017, elle entre dans une nouvelle entreprise mais s’épuise : « Je faisais 10 000 kms par mois, je travaillais de 7 h à 23 h. » Et ce, pendant un an.

Forcément, à ce rythme infernal, elle craque. « J’ai fait un burn out, j’ai été hospitalisée dix jours. J’étais très fatiguée, j’avais besoin de repos. Mon corps a dit stop. » Elle choisit alors de retourner chez ses parents à Nort-Sur-Erdre, près de Nantes. Commence alors un long travail de reconstruction : « Pendant six mois, je me suis trainée, je n’arrivais plus à lire, j’avais des problèmes de concentration, de mémoire. J’étais incapable de retravailler pour quelqu’un, de faire un entretien d’embauche. Mais au bout d’un moment, je me suis dit qu’il fallait bien faire quelque chose. »

Ses parents, pâtissiers, la soutiennent, l’écoutent, la conseillent. « J’ai beaucoup discuté avec eux. Je me suis dit que je pouvais peut-être monter un truc. J’ai pensé à un food truck et l’idée a commencé à germer. » C’est alors qu’intervient Femmes de Bretagne : « Mon père avait vu une émission à la télé. Ça pouvait me faire du bien. Et de fait, ça a été énorme ! »

Emily prend sur elle et commence par aller à un afterwork à Pornic. L’occasion de « rencontres géniales. » Dans la foulée, elle participe à deux ateliers et devient coordinatrice pour le secteur de Nantes Est, avec Agnès Bourguignon. « Ça a fait partie de ma reconstruction. On a mis en place des ateliers, j’ai rencontré des tas de gens, ça m’a permis de dédramatiser. On peut repartir après un burn out. »

Des recettes d’antan

Et c’est le cas : en avril 2019, elle se lance, crée une société en SARL pour démarrer une activité de food truck, l’appelle « Mademoiselle Emily » : « J’ aime beaucoup ce mot ! C’est dommage que la société l’enlève. Et, comme je ne suis pas mariée, je suis encore une demoiselle ! », s’amuse t-elle. La suite ? : « En septembre, j’ai trouvé un camion et nous l’avons aménagé avec un frigo, deux friteuses, une saladette et une vitrine pour les desserts. Actuellement, il est en cours d’habillage. »

Au menu : des Bagels, sa spécialité : « J’en propose à la Bolognaise, au saumon, à la tartiflette… Ça peut être chaud ou froid, c’est un produit que j’aime beaucoup. » Côté desserts, tous faits maison, Emily fait appel à ses parents : « Ils me donnent leurs recettes, on travaille ensemble. Là, par exemple, c’est le pain d’épices de maman et ici, les rochers coco de papa. J’ai aussi des tartes aux fruits, un peu de tout. On teste de nouveaux produits. J’aime bien les recettes d’antan. » Les chocolats aussi sont plus qu’alléchants !

Autant de bonnes choses qu’Emily propose depuis octobre à Nantes, Ancenis, Nort-sur-Erdre… « Je fais du prospect pour trouver un emplacement. C’est très compliqué, la réponse des communes est lente. Du coup, je me suis tournée vers des entreprises privées pour accéder à des parkings, des endroits où il y a du monde. J’ai prévu également de faire des petits festivals et des salons. L’idée, c’est d’avoir la semaine remplie et des week-ends en plus quand il y a besoin. »

En attendant, Emily garde la pêche : « C’est une très belle expérience qui m’a aidée à me reconstruire. On peut s’en sortir, il faut s’accrocher et avancer vers des projets. » Quant aux clients, qu’elle accueille dans la bonne humeur, elle en fait son affaire : « Le commerce ne me pose aucun problème ! J’ai beaucoup d’expérience, et à 13 ans, je tenais la caisse dans la pâtisserie de mes parents ! » Un métier sur-mesure, qu’elle adore : « Je rencontre des tas de gens, chaque jour est différent. Je suis très contente, très heureuse. » C’est tout le bien qu’on lui souhaite !

Contact Mademoiselle Emily : 06 60 07 32 88 ou www.melle-emily.fr