Logo Femmes de Bretagne et de Loire-Atlantique

Klervi MANDON, co-gérante de la cave à chocolat Shōko à Brest (29)

“Cette expérience d’entreprise est vraiment fantastique !”

 “La vie c’est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber” affirmait le bien célèbre Forrest Gump. Shōko, c’est justement une histoire de hasard, de rencontre, de croisements de vies… et de gourmandise ! Avant l’ouverture de cette nouvelle cave à chocolat brestoise, ce salon de thé – boutique est avant tout une histoire de rencontre et de chemins croisés.

La quimpéroise Klervi Mandon est importatrice de chocolat fin et alternatif pour son entreprise “Delikats” lorsqu’en 2016 elle rencontre la brestoise Sheila Pinto Castilla qui, elle aussi, fournit chefs et épiceries fines. C’est à Paris que les deux finistériennes font connaissance, sur un stand de fournisseurs au salon du chocolat. Faisant partie des rares professionnels français à importer du chocolat éthique, les deux femmes gardent ensuite contact jusqu’à devenir proches et porter l’envie d’assembler leurs forces et leur passion commune. Ainsi germe en 2017 “l’idée d’une boutique idéale”, avec un tableau toujours plus clair : un lieu cosy dans lequel elles pourraient “[s]e rapprocher des clients finaux, échanger sur leur passion commune au quotidien et faire découvrir chaque jour de nouvelles découvertes gustatives.”

 Les deux bretonnes passent du rêve au projet en 2018. Après l’étape des banques et celle de la recherche d’un local, elles obtiennent les clefs de la boutique au mois d’octobre. Les travaux achevés, Klervi et Sheila ouvrent dès novembre les portes de leur fameuse cave à chocolat ! “On a fait le maximum pour commencer notre activité avant les fêtes ; et ce fut un pari gagné, d’autant plus que la période de Noël s’est super bien passée !” s’enchante Klervi. 

 Le challenge est d’autant plus relevé que le tableau d’un espace chaleureux est finement brossé, avec cet espace optimisé comme une “invitation au voyage” tel que le dépeindrait Baudelaire. Dès l’entrée dans les lieux, s’ouvrent à nous une “cave à chocolat” et un salon de thé aux saveurs exotiques.

 Le décor se fait justement “tropical chic” avec des espaces de couleur bleu turquoise entremêlée à des touches de verdure justement dosées. Des éléments issus d’un travail réalisé avec une professionnelle de la décoration, qui font écho aux supports de communication élaborés pour une image haut-de-gamme. Au fil de la boutique, le visiteur se fait explorateur lorsqu’il parcourt des yeux les photos des voyages réalisés par les deux gérantes dans les exploitations de cacao ; au Pérou et au Vietnam pour Klervi, en Amérique Latine et au Vénézuela (son pays d’origine) pour Sheila qui a travaillé notamment la biologie du cacao et ses débouchés économiques. “Nous tenions à partager nos expériences avec les clients” précise Klervi en arborant un large sourire. Parce que Shōko, c’est une invitation à déguster, mais aussi à échanger.

 La cave à chocolat Shōko s’apparente fortement à une cave à vins, dans laquelle mirettes et papilles s’émerveillent. S’y exposent diverses sortes de bonbons (pralinés, ganaches…) concoctés en exclusivité par le chocolatier Meilleur Ouvrier de France Philippe Bel. Tels des tableaux savamment désignés, on découvre des tablettes de chocolats noir, blanc et lait issus du monde entier et sélectionnés par les gérantes, notamment via leurs contacts directs avec des chocolatiers. “Et à venir… des collections éphémères, dont celle de la bordelaise Hasnaâ, qui travaille la fève à cacao depuis peu” glisse la professionnelle.

 Les doux arômes nous mènent naturellement vers le bel espace du salon de thé. Là, Klervi et Sheila nous proposent boissons et pâtisseries onctueuses. À la carte : différentes recettes de chocolat chaud, travaillées avec du chocolat noir vénézuélien (et non pas de la poudre de cacao !). Au choix : chocolat viennois, orange, épices… dont certaines recettes venues de Sheila la Vénézuélienne. “Nous proposons également des chocolats chauds éphémères !” … notamment le chocolat au marshmallow, dont le simple nom nous régale d’avance. Les plus classiques pourront opter, quant à eux, pour du thé ou du café. “Nous tenons très fort à appliquer les circuits courts pour plus de traçabilité et de transparence. Tout comme l’on compte très peu d’intermédiaires entre le producteur de cacao et nous, pour le thé nous travaillons avec un importateur d’Allemagne. Parce qu’il est primordial de connaître la provenance des produits proposés.” Le café, quant à lui, est fourni par le salon de café brestois Écume Café où la gérante Laura Kermarc sélectionne elle-même son café auprès des producteurs. La Brûlerie du Léon, quant à elle, fournit le café pour les expressos. Pour accompagner ces boissons chaudes, rien de tel que les pâtisseries faites-maison concoctées par les gérantes. Sur la carte, elles pensent à tout en proposant toujours au moins une gourmandise au chocolat : mousses, crumble choco-framboise ou fondant au chocolat, selon les jours.

 

 Au sein de cet espace salon qui “fonctionne très bien”, Klervi et Sheila proposent des ateliers dégustation, une fois toutes les deux semaines environ, depuis ce début de février. D’une durée d’1 heure 30 à 2 heures, ils visent à faire découvrir les différences de goûts et de variétés selon la composition et les origines du chocolat. Composés à partir de six personnes pour les particuliers, ils seront déclinés en plus grands comités pour les professionnels.

 Dans ce même esprit de partage et de convivialité, les gérantes organisent au moins une fois par mois des “Masterclass”. “Le concept : faire venir des chocolatiers à la boutique pour nous partager leurs démonstrations de recettes et de techniques, leurs expériences de changement de vie professionnelle, mais aussi l’histoire des ingrédients si finement sélectionnés.”

 Au coeur de Shōko, Sheila et Klervi étendent une réflexion large sur la notion de l’environnement, chère à leurs yeux. Les producteurs sélectionnés sont tout d’abord labellisés bio ou agriculture raisonnée. D’autre part, elles s’intéressent à la question des emballages. “On aime le beau packaging mais on privilégie les boîtes réutilisables. En partenariat avec l’association Zéro Déchet, on propose aussi des produits en vrac, invitant les clients à venir avec leurs propres emballages réutilisables.” Une approche verte à saluer.

 Aujourd’hui, les deux bretonnes paraissent pleinement à leur place dans cet espace qui leur ressemble. “Le chocolat est une passion qui nous est commune depuis toutes petites.” Afin d’optimiser leur organisation, les deux femmes partagent leur temps de travail pour alterner leurs horaires de présence en boutique. Les clients se font de plus en plus fidèles ; certains reviennent dès la première dégustation. “Il est intéressant de connaître les goûts de chacun pour mieux orienter les gens dans la dégustation en fonction de leurs préférences.” Et les projets se concoctent au gré des échanges et des expériences. 

Un état d’esprit et un équilibre qui sont le fruit d’un long et grand travail. À l’adresse des porteuses de projets, les deux entrepreneures conseillent : “Il faut d’abord bien s’accrocher. Créer une entreprise, c’est aussi multiplier les demandes de financements et bien explorer toutes les pistes possibles à ce sujet. Pour notre part, nous avons été soutenues par Initiative Pays de Brest qui nous a accordé un prêt d’honneur après un passage en commission. Nous pensons aussi qu’il faut travailler sur la communication de son entreprise. Au moment de la création d’entreprise, cela passe d’abord par l’importance des articles de presse, qui génèrent un excellent bouche-à-oreille. Pour cette étape, nous avons travaillé avec une agence de relations presse, qui nous a apporté une belle visibilité. Dans la même approche, nous constatons combien les réseaux sociaux sont efficaces pour glaner de nouveaux clients. Chaque jour, des clients évoquent nos publications Instagram. Entreprendre, c’est aussi bien être accompagné aux niveaux aussi bien juridique que comptable. D’autre part, nous avons toutes deux expérimenté la différence d’être une femme dans un milieu d’hommes, cela exige aussi de bien s’entourer, car on peut se sentir très seule. D’où l’importance primordiale des réseaux, comme Femmes de Bretagne que l’on trouve très chouette !” À la question finale “Comment vous sentez-vous ?”, la réponse résonne comme une évidence : “On se sent très bien : cette expérience d’entreprise est vraiment fantastique !”

 

Shōko, la cave à chocolat, 22, rue J-B Boussingault à Brest 

09 87 73 84 22 / helloshokobrest@gmail.com

Page Facebook  / Compte Instagram : @shoko_brest 

 

Un portrait rédigé par la Plume Virginie Le Duff,  experte en blogging à Brest (29)