Logo Femmes de Bretagne et de Loire-Atlantique

Martine Burel Prigent : « Choisir pour moi, c’est préférer. Je ne renonce à rien »

Martine Burel Prigent a créé sa propre marque « La bretonne est à l’ouest et elle a les pieds sur terre ». Elle est également au CA de Femmes de Bretagne.

Racontez-vous votre parcours…

Je suis finistérienne et très attachée à ma région. Mes parents y étaient agriculteurs. Après avoir passé mon baccalauréat, j’ai suivi des études d’administration économique et sociale (AES) jusqu’à la maîtrise. Je ne savais pas trop ce que je voulais faire… Je suis une généraliste dans l’âme. À la fin de mes études, j’ai rejoint une compagnie d’assurances où, en tant qu’ « inspecteur sinistres », j’ai accompagné des personnes en difficulté, ce que j’ai particulièrement aimé. Souhaitant évoluer, un bilan de compétences m’a amenée au coaching. J’ai suivi une formation certifiante à Paris. Puis, un changement de vie m’a conduite à Rennes. Grâce à mon DRH, j’ai pu être accompagnée et j’ai quitté mon entreprise en juin 2020 en plein covid. Comme on me regardait avec un « léger » scepticisme, j’ai créé une marque à partir d’un slogan qui parle de moi : « La bretonne est à l’ouest et elle a les pieds sur terre ». Le mot le plus important, c’est le « et ». Il me permet de naviguer entre deux univers contrastés, un univers pragmatique et un autre totalement créatif. Et dans le monde du coaching, cette formule me permet aussi d’aller chercher les rêves des personnes et les ramener les pieds sur terre pour les réaliser. Toujours le « et »…

Avez-vous rencontré des difficultés en tant que femme ?

Issue d’une famille de cinq filles, la sororité je connais par cœur ! Et pour autant, j’ai aimé travailler en mixité dans le monde de l’expertise longtemps réservé à la gente masculine. Dans le yang, il y a l’action, l’extérieur, dans le yin il y a la douceur, l’intérieur. J’aime vraiment jouer avec les deux. L’important étant l’équilibre. Actuellement j’ai trois métiers : je suis coach, j’ai une marque et je fais une mission ponctuelle dans un cabinet d’expertises rennais afin de régler des dossiers sinistres suite à la tempête Ciaran de novembre 2023. « Choisir c’est renoncer », je n’aime pas cette phrase : choisir, pour moi, c’est préférer. Et c’est d’ailleurs ce que j’aime le plus dans l’entreprenariat. Être libre d’aller explorer d’autres univers.

Entreprendre : qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Entreprendre, c’est être créatif. J’ai lu quelque part : « J’aime bien les imprévus c’est plus facile à organiser ! », je me retrouve totalement dans cette phrase. Entreprendre c’est la liberté, il faut inventer presque tous les jours quelque chose de nouveau. Il ne faut jamais se reposer sur ses lauriers ! « Chaque jour un pas et un jour on est loin »…

Parlez-nous de votre entreprise…

Mon entreprise, c’est d’être heureuse ! Pour moi, entreprendre sa vie, c’est déjà entreprendre ! Aujourd’hui je commercialise des produits – calendriers, t-shirt, sweats, bonnets…- autour de « La Bretonne est à l’ouest et elle a les pieds sur terre ». Et je surfe sur le sentiment d’appartenance des Bretons qui aiment la Bretagne. Et côté coaching, j’aime accompagner toute personne qui a envie d’avancer dans sa vie, qui a des rêves et qui souhaite les accomplir. Comme moi.

Comment avez-vous connu Femmes de Bretagne ?

En novembre 2021, lors d’un salon au Roazhon parc, j’ai vu sur une tribune une flamboyante espagnole. Une femme pleine d’énergie, rayonnante… Elena ! Et je me suis dit « si c’est ça être une Femme de Bretagne, je veux adhérer à Femmes de Bretagne ! » J’ai souscrit très vite et j’ai participé à de nombreux ateliers. Et quand Elena a invité les adhérentes à postuler pour le conseil d’administration en juin 2023, j’ai proposé ma candidature. Nous sommes maintenant 12 femmes déterminées à faire grandir toutes les femmes de Bretagne. Quant à moi, j’ai particulièrement à cœur de développer le réseau dans le Finistère. J’ai envie d’accompagner les femmes, toutes les femmes car comme le dit le poète… la femme est l’avenir de l’Homme !

Instagram : La bretonne est à l’ouest / Martine Burel Prigent