Logo Femmes de Bretagne et de Loire-Atlantique

Natacha Tessier : « l’engagement pour les femmes, c’est dans mon ADN »

Natacha Tessier, 44 ans, siège au conseil d’administration de Femmes de Bretagne depuis 2023 et dirige « Happyfizz » et « Talents & Paillettes ». 

Racontez-nous votre parcours…

Au départ, je voulais être journaliste ou écrivain. Finalement, après le Bac, j’ai suivi des études en droit des affaires internationales jusqu’en 5ème année. Je suis bretonne d’adoption. J’ai grandi à Tours, mais j’ai toujours été attirée par cette région. Et puis je voulais, sans doute boostée par des parents engagés et féministes, travailler dans des métiers masculins. J’avais envie de faire bouger les lignes, de donner de la visibilité aux femmes. 

Je décroche un premier poste à Laval, chez Lactalis comme juriste d’entreprise, puis à Bourgbarré, où je travaille pendant 5 ans. J’ai ensuite une opportunité à Rennes et je rejoins la Barre Thomas comme responsable juridique afin de créer des sociétés à l’international, notamment en Inde. Je travaille jusqu’au rachat de l’entreprise par un industriel américain, qui m’explique que je vais pouvoir l’aider à délocaliser une partie des services. Je réalise que ce n’est pas possible pour moi. Je veux retrouver du sens. Et je décroche un poste de directrice juridique à la Cooperl à Lamballe. L’agroalimentaire me parle plus que les joints d’étanchéité ! Et j’aime profondément l’industrie. J’y reste jusqu’en 2016, avec plusieurs déplacements en Chine pour s’y développer. J’ai adoré cette expérience, mais c’est beaucoup de gestion de crises et de pénal. J’ai vécu un événement personnel dur aussi… 

L’entrepreneuriat était un projet que je nourrissais depuis un moment. J’ai pensé devenir libraire, j’ai même suivi une formation, mais j’ai pris conscience que c’était très difficile. En 2016, je décide de quitter l’entreprise. Je découvre le coaching et la psychologie positive. Une véritable révélation ! Quand on fait du droit, on anticipe tous les risques, avec un prisme plutôt négatif. De nature profondément optimiste, je préfère me pencher sur ce qui fonctionne. J’aidais beaucoup les femmes déjà, à demander des promotions, des augmentations de salaire… Je me forme et je lance ma boîte six mois après, en mars 2017.

Avez-vous rencontré des difficultés en tant que femme ?

Quand je voulais quelque chose, je le demandais et je l’ai toujours obtenu. Mais je me rendais compte que, quelquefois, les femmes n’osaient pas. J’étais dans un milieu industriel parfois sexiste. En Inde, on a voulu me sortir de la table des négociations parce que là-bas, les femmes ne parlent pas business. S’en est suivie une grande négociation avec mon directeur général et je suis finalement restée. Mais j’ai cette chance d’avoir eu confiance en moi très tôt. Mon côté rebelle, indépendant, a toujours pris le dessus.

Entreprendre : qu’est-ce que cela représente pour vous ?

La liberté. Entrepreneure, je suis libre de prendre mes décisions, de tester, de me tromper et d’organiser mon emploi du temps. Le challenge aussi, de créer, de partir de la page blanche… L’entrepreneuriat permet de se dépasser, on doit s’adapter en permanence. On est seul, c’est sûr, mais on rencontre aussi beaucoup de personnes ! En entreprise, il y a le risque de devenir trop formaté. Je me trouve tellement plus épanouie aujourd’hui !

Parlez-nous de votre entreprise…

Happyfizz, c’est du coaching individuel et collectif des salariés, des managers, des entrepreneurs, des dirigeants sur leurs problématiques du quotidien et pour pouvoir prendre du recul sur leur stratégie. Je propose également de la formation e-learning. J’ai aussi une équipe de freelance qui s’occupent des bilans de compétence et je travaille avec une dizaine de formateurs. Depuis 2023, j’ai créé  Talents & Paillettes pour recruter des profils pour les entreprises. Je coache aussi des candidats. Et je ne compte pas m’arrêter là, j’ai plein d’autres projets !

Comment avez-vous connu Femmes de Bretagne ?

Dès le démarrage de mon entreprise en 2017, c’est le premier réseau auquel j’ai adhéré. La sororité m’attirait. J’ai participé rapidement à des ateliers, notamment mon premier atelier collectif sur la confiance en soi, à Combourg. C’est le premier atelier que j’anime avec mon entreprise, il marque ses débuts ! Je deviens rapidement bénévole. Ma boîte se développe, j’ai un peu moins de temps… mais je reste en contact. En mai 2023, l’ancienne présidente Elena ouvre les candidatures pour le CA, je plonge ! Je suis au bureau et secrétaire adjointe. J’ai pas mal de travail avec 1 600 adhérentes et 3 salariés ! Mais c’était évident pour moi de redonner à l’association ce qu’elle m’avait apporté.

Mes livres : 

“Professionnelle de l’accompagnement : devenez rentable !” Edipro octobre 2021

“Focus & Reconnexion : équilibrer son temps et son énergie pour les entrepreneurs débordés”, 2023