Élisabeth Bordeau, la passion du vin

Élisabeth Bordeau, à l’aube de la cinquantaine, entame sa vie professionnelle 3.0. Après vingt ans passés entre Perpignan et Bézier, elle découvre avec enthousiasme le patrimoine viticole de ce terroir. Elle décide alors d’entamer une reconversion professionnelle en 2017, et obtient avec succès le diplôme international WSET (Wine and Spirit Education Trust 3d level) dispensé par le Bordeaux Wine Campus. Élisabeth décide alors de créer en ce début d’année 2019 sa propre entreprise de dégustation « Gusto Vinum » afin d’initier les particuliers et les entreprises à l’art du vin, via des dégustations et des cours d’œnologie. Démarrer son activité est, pour Élisabeth, à la fois une manière de concrétiser un projet enthousiasmant et une manière de travailler de façon autonome même si elle a le désir de bientôt s’entourer de collaborateurs. Travailler pour elle-même a donc été une motivation essentielle. « La difficulté est d’être bien conseillé et formé à l’entrepreneuriat ».

L’entreprise, destinée aux particuliers et aux entreprises, se propose d’aider à mieux connaître les vins, en associant la théorie à la pratique. « Je souhaite aider les participants à affiner leur point de vue sur leurs goûts en posant des mots sur les arômes, les saveurs des vins dégustés. J’apporte aussi des éléments plus techniques : il est important de savoir si un vin a un potentiel, s’il est de qualité, si on peut le boire tout de suite ou non, s’il se marie ou non avec tel ou tel aliment. L’objectif est de donner des clés pour que les personnes puissent acheter le vin qu’elles aiment, et qu’elles le fassent avec discernement. Le vin est un domaine infini, j’en apprends tous les jours un peu plus ! Je considère également que derrière chaque bouteille, il y a des joies et des peines, et surtout, des personnes qui ont travaillé avec passion. L’œnologie demande beaucoup de respect ».

Parler du vin est parfois difficile, surtout pour un novice. Cela demande de l’entraînement. « Au-delà de l’aspect gustatif, le vin s’observe, se savoure, il faut prendre le temps de le découvrir, de poser les mots justes sur ce qu’il révèle de lui. Certains vins peuvent faire naître des émotions fortes. On peut être profondément touché avec un vin. Pour certaines personnes le vin est certes un objet d’excès, mais c’est un aliment aromatique aux caractéristiques innombrables qui fait appel à nos plus vieux souvenirs. Il se déguste dans un esprit de convivialité, de plaisir ».

« Des clés faciles à acquérir »

Élisabeth se déplace à domicile ou en entreprise avec son matériel de dégustation et une sélection de vin soigneusement élaborée. Un premier atelier d’initiation intitulé « Les bases de la dégustation » permet de développer son analyse sensorielle. Un autre atelier porte sur la découverte des arômes des vins. Un troisième atelier permet d’apprendre à associer harmonieusement les vins et les mets. « Il y a des saveurs qui se marient bien, d’autres moins. Il est utile d’en connaître les règles pour s’en affranchir », explique-t-elle. Et, petite originalité, Élisabeth propose également des dégustations « Women and Wine » destinées aux femmes uniquement. « Les hommes et les femmes ne dégustent pas de la même manière. Il n’y a là aucun jugement de valeur : la différence est une richesse. Cependant, le milieu de l’œnologie est encore un milieu essentiellement masculin, et les femmes sous-estiment parfois leurs capacités à goûter les vins. Cet atelier permet aux femmes de reprendre confiance en elles dans ce domaine ».

Des projets en cours

Pour aller plus loin, Élisabeth souhaite allier musique et vin et proposer des dégustations musicales avec la collaboration de l’association « Zic à la cave » fondée par Mériadec Rufet, professeur de clarinette. Le principe ? Un orchestre de quatre musiciens joue pour accompagner les dégustations. « La musique et le vin ont un langage commun : leurs notes peuvent être florales, fruitées, avoir des accords parfaits… Les morceaux seront choisis en fonction des vins présentés », explique l’œnologue.

Un autre ateliers est en phase-test : il s’agit d’associer le vin à la sophrologie. Avec Frédérique Vannier-Lehérissé, sophrologue diplômée, Gusto Vinum proposera des dégustations précédées d’une courte séance de sophrologie.

« Cette dégustation atypique permettra de ne pas être perturbé par l’environnement lors de la dégustation. Il s’agit d’ouvrir les sens pour les potentialiser et se concentrer sur la saveur des vins. L’objectif de la sophrologie est d’être présent à soi-même en mettant ses sens en éveil pour profiter de l’instant présent. Finalement, l’art de la méditation et l’art du vin se rejoignent ».

L’objectif de tous ces ateliers reste le même et conforme à un principe philosophique cher à Élisabeth selon lequel il faut connaître pour aimer.

 

Pour plus d’informations :

www.gustovinum.com / 07 67 58 54 67 / contact@gustovinum.com

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Article rédigé par Perrine Morlière

Catégories : BLOG