Le réseau social des Bretonnes qui entreprennent !
Déjà membre ? Se connecter
Mot de passe oublié
Fermer
Chargement en cours
Dimanche, Mars 25, 2018

Xaviéra Le Chapelain, fondatrice des « Gourmandises de Xaviera », biscuits artisanaux et sans gluten : « Une femme entrepreneure doit savoir tout faire »

Elle délecte les friands de pâtisserie, de ses biscuits artisanaux, sans lactose et sans gluten. Xaviéra Le Chapelain s’est lancée dans l’aventure des « Gourmandises de Xaviéra », depuis un an et demi. Son objectif aujourd’hui ? Se développer et vivre de son activité en trouvant le juste équilibre entre sa vie de famille et sa passion professionnelle.

 


Échanger par e-mail avec Xaviéra Le Chapelain, pour caler un horaire d’interview téléphonique, c’est se doter d’une certitude à son sujet. Cette nana est une super bosseuse. Des correspondances numériques envoyées à 4 h 48 du matin, un rendez-vous décalé à la dernière minute pour cause d’imprévu avec un fournisseur. Si les journées ne durent que 24 heures, Xaviéra a trouvé la solution, elle les optimise pour combler tous les pans de sa vie. Sa famille et ses deux filles en bas âge. Et cette carrière professionnelle, qu’elle embrasse depuis un an et demi à présent. Son congé parental touchant à sa fin, cette bretonne dynamique ne souhaitait pour autant courir après le temps, d’un rendez-vous à l’autre entre ses fillettes et ses obligations salariales. Diplômée d’un BTS dans la gestion et la protection de la nature, elle décide d’entreprendre dans une voie changeante. 


Xaviéra, comment a débuté cette aventure ?

Le rapport à l’environnement, à l’écologie, le bien-être sont des préoccupations qui font partie de ma vie. Je mangeais déjà bio et fait-maison. La nourriture est bien meilleure quand on la cuisine soi-même, au naturel, plutôt que de manger des plats industriels. Il y a des choses aberrantes, la malbouffe c’est mauvais pour la santé, et c’est cher ! Alors, ce que je ne peux pas faire moi-même, ce n’est pas pour autant que je l’achète. Bien m’occuper de ma famille, c’est aussi bien manger.  


La pâtisserie s’est imposée comme une évidence ?

Il y a beaucoup d’intolérants au gluten et au lactose autour de moi, dont ma maman. Je le suis également. Alors pour moi, c’était naturel de cuisiner autrement. De plus en plus de personnes me demandaient des pâtisseries, alors mon entourage m’a encouragée et je me suis lancée. Je suis autodidacte à tous les niveaux. Tout est sujet à de nouvelles idées. Je crée toutes mes recettes, j’adore tester, inventer. C’est prenant, il faut adapter la cuisson en fonction du moule, des ingrédients. J’adore !


 


Raconte-nous les coulisses, comment as-tu lancé ton entreprise ?

Durant un an et demi avec « Les Gourmandises de Xaviéra », j’ai été salariée de la coopérative d’activité et d’emploi L’ouvre-boîte, à Saint-Nazaire. Depuis le 1er janvier 2018, je suis auto-entrepreneure. J’ai suivi une formation au HACCP (ndlr. Hazard Analysis Critical Control Point – une méthode pour maîtriser la sécurité sanitaire des denrées alimentaires). Ainsi, je respecte un protocole strict. Je loue un laboratoire sur Saint-Nazaire.


Qu’est-ce qui te plaît dans cette nouvelle vie professionnelle ?

J’aime pouvoir créer mes biscuits et créer en général. J’ai tout fait toute seule ! Mon logo, mes étiquettes, je ne pensais pas que j’en étais capable. C’est mon bébé, cela prend du temps, mais je crée mon histoire. C’est valorisant ! J’aime être sur les marchés, échanger avec les gens, les conseiller. Alors, il y a des moments où je suis fatiguée, mais si je sentais que l’épanouissement n’était pas possible, je changerais de chemin.


D’autant que tu mets une énergie particulière à travailler avec des produits bio, issus de l’agriculture locale ?

Oui, mes ingrédients sont issus de l’agriculture biologique. Et dès que je le peux, je collabore avec des producteurs locaux. C’est le cas pour les œufs, la farine de sarrasin, et le safran notamment.


 


Comment décris-tu tes produits à ceux qui les découvrent ? Qui sont tes clients ?

Je propose des biscuits maison, gourmands et adaptés à tous. Ils sont sans gluten et sans lactose, donc les intolérants peuvent se faire plaisir, mais quelqu’un qui veut tester quelque chose de différent se fera plaisir également. Je démontre que l’on peut se faire plaisir en mangeant local, en respectant sa santé. Je produis actuellement trois moelleux au chocolat différents, trois biscuits secs dont une nouvelle gamme allégée en sucre, et un cake moelleux à décliner.

Pour la majorité, ce sont des gourmands ! Puis beaucoup de personnes qui sont intolérantes et qui trouvent cela difficile de s’alimenter sans lactose et sans gluten. 


Que réponds-tu à la mode du "sans gluten" ?

Moi je considère qu’en parler, c’est bien ! Si ça libère la parole. Avant, on souffrait, on avait mal au ventre, mal à la tête, et on se taisait. Maintenant, on a la puce à l’oreille. On se dit : "tiens c’est peut-être à cause telle ou telle chose", on se pose des questions ! Si certains considèrent que ce n’est qu’un effet de mode, je leur conseille d’attendre 10 ans : ce sera devenu normal de manger sans gluten, sans lactose…


Quels sont tes objectifs à présent ?

Je voudrais me développer et pouvoir vivre de mon activité. Les choses vont à leur rythme et j’ai appris à l’accepter. Ce n’était pas évident au début, mais cela fait partie du jeu. Aussi, mon objectif pour 2018 est de trouver un juste équilibre entre ma vie professionnelle et mes filles. Il est important que je continue de passer du temps avec elles. Je sens que je suis sur la bonne voie, je suis en train de me mettre des limites. Car je suis constamment déchirée entre les deux : l’activité me prend du temps, mais je ne veux pas que ce soit au détriment de ma famille. Une femme entrepreneure doit savoir tout faire. Il faut être présente sur les événements, gérer l’administratif, respecter les protocoles, entretenir le lien avec les producteurs…


 
 


Trouves-tu un créneau pour aller à la rencontre des Femmes de Bretagne ?

J’ai intégré le réseau en août 2016. J’y vais peu souvent, mais quand je peux me libérer et que le thème m’intéresse, c’est avec plaisir. J’ai participé à des ateliers sur la prévention du burn-out, sur comment booster son activité… On touche à plusieurs sujets, la parole est libérée, les échanges sont intéressants car on a toutes des parcours de vie différents. On est différentes mais on passe toutes par les mêmes étapes. On se comprend, on s’écoute.


Si des gourmands nous lisent, où peuvent-ils te trouver ?

Je suis sur les marchés, les salons. Et je travaille pour être distribuée dans les épiceries fines. Sur ma page Facebook, j'indique dans quel secteur je me trouve car je livre les particuliers en commandes groupées sur des zones de rencontre entre Saint-Nazaire, Guérande, Herbignac, Pontchâteau côté 44, Muzillac, Auray, Vannes côté 56.

Pour contacter Xaviéra :
lechapelain.xaviera@wanadoo.fr
Sa page Facebook
Aussi Instagram



 
Un entretien mené par la Plume Léonie Place,
rédactrice de contes de faits chez Scribeuse (56)
Article rédigé par :
Léonie Place. -