Le réseau social des Bretonnes qui entreprennent !
Déjà membre ? Se connecter
Mot de passe oublié
Fermer
Chargement en cours
Lundi, Septembre 11, 2017

Mélinda Kerbrat, créatrice de l'institut de beauté Sensoriel Esthétique à Loperhet et Daoulas (29) : "Entreprendre, c'est se fixer un but, des objectifs, et ne pas les perdre de vue."

"Offrir de la beauté naturelle, c'est de la générosité" précise l'écrivain et peintre Gao Xingjian. Voilà précisément l'approche de Mélinda Kerbrat, la fondatrice de l'institut de beauté Sensoriel Esthétique situé à Loperhet et depuis peu à Daoulas dans le Nord-Finistère. Interview d'une Femme de Bretagne qui a choisi de donner aux autres, pour son plus grand bonheur !


Mélinda, vous êtes la gérante de deux salons d'esthétique à Loperhet et Daoulas dans le Nord-Finistère. Quelles prestations y proposez-vous ?

On y propose l'ensemble des prestations d'un institut traditionnel, c'est-à-dire les soins visages, les soins corps (gommage, enveloppement, amincissement, drainage, raffermissement), soin relaxant du corps (modelages énergisants, pierres chaudes, ballotins, réflexologie plantaire, etc.), les épilations évidemment, les manucures, prothèses ongulaires, vernis semi-permanents, beauté des pieds, maquillage, cours d'auto-maquillage...


 


Si l'on revient sur votre parcours professionnel, qu'est-ce qui vous a amenée à devenir esthéticienne ? Plus qu'un métier, cela semble être pour vous une véritable vocation : comment définiriez-vous le rôle d'une esthéticienne ?

J'ai toujours voulu être esthéticienne. Je me suis rendue dans un salon de l'orientation professionnelle avec l'école quand j'étais en classe de 4ème, et c'est là que j'ai découvert la profession de conseillère en image. Ça a été un vrai déclic : prendre du temps pour révéler le meilleur de la personne en face de nous et la voir s'épanouir c'était très beau. Je m'épanouis tous les jours auprès de ma clientèle : c'est tellement enrichissant de donner et de recevoir autant ! L'être humain est tellement passionnant avec toutes ses facettes, j'adore prendre le temps de révéler ma cliente, de m' intéresser vraiment à elle, à ses attentes. Je suis consciente que j'ai vraiment une chance de vivre de ma passion. Pour moi une esthéticienne c'est en quelque sorte une magicienne, qui prend le temps de réellement écouter l'autre sans jugement pour camoufler certains défauts et faire ressortir son positif. On est là pour améliorer le physique mais très souvent on améliore un peu le psychique en même temps.


 
"Je suis consciente que j'ai vraiment une chance de vivre de ma passion."


À la sortie de vos études, qu'est-ce qui vous a amenée à créer directement votre propre salon d'esthétique ?

À la fin de mon contrat d'apprentissage très formateur chez "Une heure pour soie" à Brest, j'ai commencé à chercher du travail et je me suis retrouvée face à une réalité: j'avais trop d'idées, une réelle envie d'aller jusqu'au bout de choses et je savais que j'aurais été frustrée en tant que salariée.


Vous avez choisi de vous implanter à Loperhet près de Brest. Pourquoi ce choix ? Comment s'est passé le lancement de votre entreprise ?

J'ai commencé à Brest au-dessus d'un salon de coiffure. J'ai ensuite choisi de m'implanter à Loperhet, en premier lieu pour des raisons pratiques par rapport à ma vie privés : je venais d'avoir mon premier enfant et en tant qu'indépendante je n'ai pas eu de congé maternité, donc j'avais vraiment à coeur de me rapprocher de mon domicile. À Loperhet il y avait déjà deux salons de coiffure et une population grandissante, alors j'ai tenté ma chance et j'ai bien fait car dès le début j'ai eu beaucoup de travail.


 


En plus de vos prestations, vous vendez également des produits de soins esthétique. Lesquels ? Comment les avez-vous sélectionnés ?

Oui je vends principalement des cosmétiques bio, les marques LC Bio et Miss W. Je les ai sélectionnées car elles proposent des produits de fabrication française, de vrais cosmétiques Bio efficaces avec un bon rapport qualité/prix. Ce sont des entreprises de petites tailles qui mettent l'humain en avant.


Parallèlement, votre salon vend également des accessoires de beauté créés localement ?

Oui je propose aux artisans locaux de laisser en dépôt quelques-unes de leurs créations afin de leur servir de vitrine. Ce sont principalement des bijoux, mais bientôt je proposerai aussi des accessoires de sac à main.


Quelles valeurs défendez-vous à travers votre salon ? 

Pour la blague, ma devise est "Là où je passe le poils dépassent !" Plus sérieusement, j'ai à coeur que ma cliente se sente bien, en sécurité, qu'elle reparte plus légère, qu'elle prenne ou reprenne confiance en elle. J'ai envie, sans prétention, d'être un rayon de soleil entre les nuages de la vie. De partager mon savoir faire, mes connaissances. En gros j'ai envie de donner un peu de moi pour quelques minutes.


 
"[...] Pour moi une esthéticienne c'est en quelque sorte une magicienne, qui prend le temps de réellement écouter l'autre sans jugement pour camoufler certains défauts et faire ressortir son positif. On est là pour améliorer le physique mais très souvent on améliore un peu le psychique en même temps."


Forte du succès de votre salon à Loperhet, vous embauchez une première salariée ; et voilà que vous ouvrez un second salon, à Daoulas cette fois...

Oui : j'ai embauché Ophélie en CDD 6 mois après avoir ouvert à Loperhet et 6 mois plus tard elle signait son CDI. Je l'ai embauchée avec l'aide d'une amie dont le métier est d'accompagner les entreprises dans le recrutement. J'avais eu de mauvaises expériences dans le passé, donc je voulais être sûre de ne pas me "tromper". Ophélie travaille avec moi depuis bientôt 5 ans et je peux dire que toutes les deux on est un vieux couple, on se comprend et surtout on se complète.
L’opportunité d'acheter l'institut de Daoulas s'est présentée à moi en début d'année, au moment où je commençais à réfléchir à une idée de développement pour Loperhet. Je pense que c'est tout simplement le développement normal d'une activité qui fonctionne. J'ai donc dû réfléchir à l'embauche de personnel, à ce moment là Ophélie était remplacée par Marie ; comme la relation avec Marie se passe très bien, qu'on se complète bien également, il m'a semblé logique de proposer à Marie un CDI pour venir travailler sur Daoulas.
Après réflexion, je me suis aperçue qu'une équipe de trois personnes serait juste. J'ai donc décidé d'embaucher Marie L. pour sa formation : j'ai choisi Marie L. pour la former car elle est jeune, dynamique et je sais que mon entreprise et mon équipe peuvent lui apporter beaucoup. J'aime cette équipe car sans eux ce ne serait pas possible et parce qu'on se ressemble, dans le sens où on est toutes des passionnées et en même temps on se complète par nos différentes forces de caractère. Je trouve qu'on est de belles pièces de puzzle et qu'on forme un joli tableau.


Vous respirez le dynamisme et la joie de vivre : quel est votre secret du bonheur ?!

La vie ! J'aime la vie et toutes ses variantes, il faut savoir aimer la pluie pour apprécier le soleil.


 


Pour vous, c'est quoi "entreprendre" ?

Ma devise c'est : "Il n'y a qu'une façon d'échouer : c'est de s'arrêter avant d'avoir réussi".
Entreprendre, c'est se fixer un but, des objectifs, et ne pas les perdre de vue.
Il ne faut jamais s'arrêter avant d'avoir atteint son objectif. Certes, il y a forcement des hauts et des bas, toutefois les moments moins biens sont là pour nous faire apprécier nos victoires.


Que pensez-vous du réseau Femmes de Bretagne ? Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui, elles aussi, souhaitent créer leur activité ?

J'ai découvert récemment ce réseau et ce que j'ai aimé tout de suite c'est cette générosité qui en ressort, je trouve ça formidable que l'on puisse s'entraider de cette façon.


Comment vous suivre ? Vous trouver ? Vous contacter ?

Sur internet: www.sensoriel-esthetique.com
Facebook
Loperhet : 154 rue René Goubin 29470 Loperhet - 02 98 07 24 31
Daoulas : Place du Vlay 29460 Daoulas - 02 98 02 98 98
Profil de Mélinda Kerbrat sur Femmes de Bretagne



 
Un entretien mené par la Plume Virginie Le Gall,
blogueuse et experte en blogging chez Mamezell' en Finistère
Article rédigé par :
Virginie Le Gall. -