Le réseau social des Bretonnes qui entreprennent !
Déjà membre ? Se connecter
Mot de passe oublié
Fermer
Chargement en cours
Dimanche, Octobre 29, 2017

Jean-Marc Vines, directeur de Graphy-Océane à Thouaré-sur-Loire près de Nantes (44) : " Marie Eloy et moi nous sommes très vite retrouvés autour de valeurs communes, telles que la place de l’humain et la bienveillance dans l’entreprise."

"Certains veulent que ça arrive. D'autres aimeraient que ça arrive. Et les autres font que ça arrive." Cette citation de Michaël Jordan pourrait bien refléter la belle persévérance de Jean-Marc Vines, directeur de Graphy-Océane à Thouaré-sur-Loire près de Nantes (44). Interview d'un homme qui semble manier son travail avec une main de fer dans un gant de velours. Portrait d'un homme d'expérience pour qui la réussite rime aussi avec humanité et bienveillance. Une approche à l'image du partenariat qui s'est joliment tissé entre le réseau Femmes de Bretagne et Graphy-Océane.
 

[l’équipe tee-shirt.fr : de gauche à droite : Angélique administratif, Amandine création, Wendy marketing communication,
Jean-Marc Direction, Gilles création, Line administratif, Damien logistique]


Jean-Marc Vines, vous êtes directeur de Graphy-Océane à Thouaré-sur-Loire près de Nantes. Un mot sur votre parcours professionnel avant l'obtention de ce poste ?

Jusqu’en 2013, date de mon arrivée à la direction de Graphy-Océane, j’ai eu un parcours d’entrepreneur, pendant près de vingt ans, dans le textile.


Vous semblez être un véritable "serial-entrepreneur"... Qu'est-ce qui vous plaît dans le rôle de la création et de la gestion d'une entreprise ? Pour vous, que signifie le verbe "entreprendre" ?

J’aime créer de nouveaux projets, les développer mais aussi chercher des solutions à des situations plus complexes, comme c’était le cas pour Graphy-Océane en 2013. Dans de telles situations, il s’agit le plus souvent de trouver LA bonne idée, qui peut être très simple. Il s’agit ensuite de la développer de manière efficace, en imaginant les moyens, sur le plan opérationnel et financier, mais surtout sur le plan humain. C’est ce mix qui sera à l’origine de la dynamique dont a besoin une entreprise pour se développer.


 
"(...) Une idée qu’on développe seul reste une idée… mais si on la confronte avec une autre personne, ça peut en donner dix ! Ce qui compte, c’est d’aimer ce que l’on fait, car c’est comme ça qu’on le fait bien… et la réussite arrive alors plus facilement."


Vous dégagez dynamisme et bienveillance... Comment parvenez-vous à maintenir cette dynamique ? Comment définiriez-vous votre philosophie de travail ? 

Ce qui me motive avant tout, c’est le projet ! De nature passionnée, je ne sais pas m’ennuyer… Il me serait impossible de venir travailler sans passion pour ce que je fais. C’est d’ailleurs aussi ce que j’attends – et ce que j’apprécie - des personnes avec qui je travaille. Pour faire avancer chaque projet, je fais en sorte d’instaurer un climat de travail, toujours avec bienveillance. Les équipes sont bien plus efficaces lorsqu’elles ressentent de la confiance et de l’encouragement.


Votre groupe détient 4 sociétés distinctes. Pourriez-vous nous les présenter ?

Le groupe est constitué de Graphy-Océane, spécialisée dans la sérigraphie ; de Brodery Océane spécialisée dans la broderie ; Bapline qui distribue nos marques de Tee-shirts (Vent de mer, Celtic design) en grande surface… ; et de Tee-shirt.fr, la toute dernière activité : un site dédié à la vente en ligne de tee-shirts originaux.


 


Au moment de travailler chez Graphy-Oceane, quelles problématiques connaissait cette société ? Quels changements avez-vous opérés depuis votre arrivée ?

Graphy-Oceane était confrontée à une problématique de chiffre d’affaires en chute libre et de résultat négatif. Ce qui était très intéressant, c’est qu’il y avait un vrai travail de fond à réaliser. Dans un premier temps, il a fallu analyser ce qui ne fonctionnait pas, puis étudier le marché dans son ensemble pour comprendre si c’était le secteur d’activités qui était en mutation… ou si le problème était uniquement chez nous.

Une fois cette analyse menée, j’ai compris que nous avions non seulement un problème commercial, mais aussi de fonctionnement dans les différents services.
Nous avons donc reconstruit une équipe commerciale efficace, qui nous a permis de faire progresser le CA de 30% en 3 ans. Et en parallèle, nous avons effectué des changements majeurs dans les services. Nous avons confié des responsabilités à des collaborateurs, qui connaissaient bien le métier… mais à qui l’on n'avait jamais laissé l’opportunité de s’exprimer réellement : c’est ce qui nous a permis de regagner de la productivité et de la rentabilité, tout en remobilisant les équipes !
Cette progression nous a ensuite permis de recruter plusieurs personnes et d’intégrer un travailleur en situation de handicap.


Parallèlement, vous avez obtenu le label Imprim' Vert : pourriez-vous nous en parler ?

Il s’agit d’un label qui réglemente et contrôle les produits utilisés pour la production, ainsi que la gestion des déchets afin de limiter l’impact de notre activité sur l’environnement.
La démarche est la même qu’en intégrant un travailleur handicapé : il s’agit de participer, à notre niveau, à une nouvelle façon de voir l’entreprise dans la société.


 
[Sophie Boismain, Ludivine Lemarié, Jocelyne Affaticati, Sophie Amberny, membres de l'équipe Femmes de Bretagne,
lors de la soirée d'inauguration du partenariat avec Graphy-Océane.
Photo de 
Véronique Chapelle]


À qui s'adressent vos services ? Qui sont vos clients dans ce marché en plein essort ?

Nous réalisons de la sérigraphie et de la broderie sur textile.

Nos types de clients sont très variés ; nous travaillons à la fois pour des événements sportifs ou culturels, dans la conception et/ou réalisation de produits dérivés mais aussi pour les vêtements de travail d’entreprises, les grands parcs d’attractions et bien sûr le prêt-à-porter (une trentaine de marques). Le « made-in-France » est à nouveau très demandé, ce que nous avions anticipé en développant des solutions sur-mesure, pour répondre aux besoins des marques et aux évolutions du marché.


Votre entreprise compte aujourd'hui parmi ses salariés 75% de femmes dont 50% de postes à responsabilités. Un mot sur ce choix de recrutement ?

Historiquement, l’entreprise a toujours eu une majorité de femmes dans son effectif. La différence, aujourd’hui, c’est qu’elles sont largement présentes dans les postes à responsabilités et plus seulement en production !

Dans mes entreprises précédentes, j’ai souvent recruté des femmes sur des postes à responsabilité, tout simplement parce que les profils correspondaient mieux aux postes. Aujourd’hui, je sais que c’est essentiel de veiller à cet équilibre dans l’entreprise, pour avoir des visions différentes et complémentaire. C’est une véritable volonté !


 
[Photo de Véronique Chapelle]


Comment avez-vous découvert Femmes de Bretagne ? Que pensez-vous de notre réseau ?

J’ai rencontré Marie ELOY lors d’un événement organisé par EY (mécène de Femmes de Bretagne et client de Graphy-Océane). Nous nous sommes très vite retrouvés autour de valeurs communes, telles que la place de l’humain et la bienveillance dans l’entreprise. Marie m’a évoqué son souhait de fabriquer des produits dérivés à l’effigie de Femmes de Bretagne pour contribuer au financement de l’association, mais elle ne disposait pas du budget nécessaire. Le dynamisme et l’enthousiasme de Marie étant très communicatifs, je lui ai proposé de lui offrir plusieurs séries pour qu’elle puisse tester au préalable l’idée auprès des adhérentes.


De cette rencontre avec Marie Eloy est aussi né un partenariat ?

Le partenariat a pour but de soutenir l’association et les valeurs qu’elle défend en offrant chaque année une dotation en vêtements, en échange d’une visibilité sur les vecteurs de communication de l’association.


 


Quels conseils donneriez-vous aux Femmes de Bretagne qui souhaitent entreprendre ?

Je leur recommanderais de bien préparer leur projet, de réfléchir à sa finalité et de bien s’entourer : une idée qu’on développe seul reste une idée… mais si on la confronte avec une autre personne, ça peut en donner dix ! Ce qui compte, c’est d’aimer ce que l’on fait, car c’est comme ça qu’on le fait bien… et la réussite arrive alors plus facilement.


Actuellement, vous lancez un nouveau projet au sein de Graphy Océane... Pourriez-vous nous présenter le concept de tee-shirt.fr ? Comment vous est venue cette bonne idée ?

Nous développions un nouveau projet depuis un an, qui vient tout juste de voir le jour : www.tee-shirt.fr, un site de vente en ligne de tee-shirts originaux 100% bio qui s’adresse au grand public, a été lancé le 14 septembre ! L’idée m’est venue il y a 2 ans en consultant les archives de Graphy-Océane, qui avait déposé ce nom de domaine. Considérant qu’il était dommage de ne pas l’utiliser, et sachant que nous étions capables de le gérer entièrement (conception, production, logistique), j’ai imaginé ce projet.

Par ailleurs nous sommes souvent sollicités par de jeunes créateurs de marques de vêtements pour développer leurs idées et c’est souvent un budget difficile à trouver pour eux. J’ai donc souhaité leur proposer de vendre sur notre site leurs produits en assurant la mise en ligne, la production, la distribution et la livraison. Nous leur reversons des royalties sur le CA réalisé et ils sont libres de rester le temps qu’ils le souhaitent. Il s’agit simplement de les aider à démarrer… en espérant bien sûr qu’ils continueront à faire imprimer ou broder leurs produits chez nous si ça se développe ;o)

Notre première invitée est Bénédicte VOILE , avec ses marques « les filles s’la pètent » et « les mauvais garçons ». C’est d’ailleurs elle qui a créé le tee-shirt que nous avions offert aux adhérentes de Nantes lors de la soirée organisée dans nos locaux en juin dernier.


Comment découvrir plus encore : votre entreprise ? Tee-shirt.fr ? Comment vous contacter ? Vous suivre ? (indiquer les url des sites correspondants + les adresses mail affiliées + les url des réseaux sociaux reliés + vos coordonnées)

www.graphy-océane.com
www.tee-shirt.fr

Page Facebook


 
Article rédigé par :
Virginie Le Gall. -