Le réseau social des Bretonnes qui entreprennent !
Déjà membre ? Se connecter
Mot de passe oublié
Fermer
Chargement en cours
Mercredi, Décembre 6, 2017

Frédérique Diamant, cofondatrice de Bulles Solidaires à Rennes (35) : "Mettre notre énergie dans l’association c’est une aventure de plus, qui a également pour particularité de nous faire évoluer chacune, dans la conduite de projet (...)"

Leur duo mère-fille m'a fascinée. On sent entre Frédérique Diamant et sa fille Laurie-Anna un lien qui dépasse l'ordre de la simple complicité. Arborant l'une et l'autre un sourire sincère, ces deux femmes radieuses ont attisé ma curiosité. D'un ton clair, elle m'ont partagé avec conviction leur projet qui vient tout juste d'éclore. Parties d'un concept simple et profondément riche par le message et les valeurs partagées, les deux femmes ont ainsi créé l'association Bulles Solidaires. Interview de Frédérique Diamant, le co-fondatrice rennaise.
 



Frédérique, vous êtes la co-fondatrice de l'association "Bulles solidaires" à Rennes. Pourriez-vous nous présenter votre démarche et votre concept ?

Née de la conviction que changer le monde commence par une idée qui se développe avec de la passion et surtout de l’action, Bulles Solidaires est une association de solidarité avec les publics démunis, précaires ou en difficultés temporaires.

Les principales missions de Bulles Solidaires sont : 
La collecte d’échantillons et de produits d’hygiène et de beauté auprès de particuliers (bouche-à-oreille, réseaux sociaux, événements...) et de professionnels (pharmacies, instituts de beauté, supermarchés…)
La distribution des produits par le biais d’associations caritatives ou lors d’événements, à des personnes démunies, sans-abris et/ou en situation de précarité.

Laure-Anna, ma fille de 23 ans, et moi-même 56 ans, sommes les fondatrices de l’association. C’est vraiment Laure-Anna l’âme et l’énergie de ce projet. En tant que secrétaire, je suis plutôt la plume et la « sage structurante » de l’équipe.


Comment vous est venue l'idée de récolter les échantillons de produits d'hygiène et de beauté pour les distribuer à des femmes et hommes en situation précaire ou des SDF ?

Laure-Anna a vécu durant trois ans à Bordeaux, jusqu’en juillet 2017. Elle souhaitait, à son retour en Bretagne, s’engager et être utile, comme elle l’a toujours fait… peut-être un peu guidée par son éducation. Nous avons testé l’idée, d’une part auprès d’associations caritatives qui sont en contact avec les personnes sans abri ou démunies, et d’autre part auprès de particuliers donateurs potentiels. L’idée a été accueillie avec tellement d’enthousiasme de part et d’autre que nous nous sommes lancées très vite.


 
"Notre conviction est que c'est ainsi que l'on change le monde, de pas à pas, d'énergies en énergies, d'état d'esprit en état d'esprit."


Pourriez-vous nous présenter les membres de votre belle équipe ?

L’association est née en septembre dernier. Son bureau est composé d’une présidente, une secrétaire et un trésorier. Mais la belle équipe qui porte l’association est bien plus large. Des dizaines de donateurs et donatrices, des ambassadrices à Vitré, Mayenne et Vannes, des particuliers qui nous envoient des colis, des associations partenaires d’un événement (salon de coiffure solidaire, maraudes, évènements jeunes...) ou sur le long terme (lieux d’accueils ou de distribution), les commerces donateurs ou accueillant la collecte (pharmacies, parfumeries, hypermarchés)…. L’équipe est immense en fait, telle que nous envisageons la vie, faite de maillons complémentaires et vivants.


Vous formez donc là un duo mère-fille. Comment vivez-vous l'une et l'autre cette expérience de projet commun ?

Il faut dire que cette complicité et cette vision de la vie ne datent pas d’hier. Laure-Anna me rappelait récemment que, lorsque mes enfants étaient petits, je les amenais distribuer de la nourriture, des produits indispensables, aux personnes sans abri. Je leur expliquais que les considérer et leur parler était aussi important. Et avec la spontanéité de leur âge, cela leur semblait naturel. Une évidence.

Mettre notre énergie dans l’association c’est une aventure de plus, qui a également pour particularité de nous faire évoluer chacune, dans la conduite de projet, la communication bienveillante, la médiation et la prise de décisions partagées, l’écoute, la patience… Un vrai bonheur riche d’expériences multiples !


 


Dans quel secteur géographique intervenez-vous aujourd'hui ?

En ce qui concerne la collecte, celle-ci n’a pas de limite car nous recevons des colis régulièrement. Bien sûr, lorsque nous aurons avancé dans notre structuration, l’objectif sera plutôt d’organiser les collectes et distributions en circuit-court avec des ambassadeur.drice.s formé.e.s à notre fonctionnement et nos valeurs.

Aujourd’hui, nous répondons à toutes les sollicitations et nous organisons la collecte avec le temps dont nous disposons car nous avons aussi un travail. Nous recherchons en ce moment des boîtes de collectes pas trop chères. Celles-ci seront identifiées Bulles Solidaires, afin de pouvoir les déposer dans les entreprises qui le souhaiteront. Je me permets là de faire appel aux femmes de Bretagne pour des idées concernant ces boîtes de collectes et également aux cheffes d’entreprises qui seraient partantes pour déposer des boîtes de collecte dans leurs locaux pour que les salariés puissent déposer des échantillons ou produits d’hygiène et de beauté.


Quelles valeurs cherchez-vous à transmettre à travers votre démarche solidaire ?

Pour répondre à votre question, je me permets de partager avec vous le petit texte sur le « donner et recevoir » que nous avons rédigé et qui nous anime :

« Donner, quelle que soit la taille ou la valeur du don, c'est augmenter l'énergie d'Amour, l'énergie positive, qui circule dans le monde. Qu'il s'agisse d'un objet ou même d'un mot, d'un sourire ou d'un coup de main, donner c'est adoucir et éclairer la vie de l'autre. Lui-même sera heureux de ce qu'il recevra et son état d'esprit sera changé pour quelques heures, quelques jours ou plus. Chaque personne apaisée ou joyeuse de ce qu'elle reçoit, changera à son tour, même sans en prendre conscience, l'énergie de son environnement. Cette énergie qui elle-même circulera et changera imperceptiblement les relations autour d'elle. Et même si elle n'a pas d'objet à donner elle offrira un autre visage, un autre sourire, une aide ...
Ce qui sera "rendu" le sera peut-être sous une autre forme et pas à la même personne, mais c'est tout aussi important.
Notre conviction est que c'est ainsi que l'on change le monde, de pas à pas, d'énergies en énergies, d'état d'esprit en état d'esprit. »

Ajoutons également 2 choses importantes :
Bulles solidaires est libre de tout engagement politique et religieux et nous y tenons beaucoup. Les adhérent.e.s de l’association s’engagent à respecter ce point dans toutes leurs communications au nom de l’association et à ne pas répondre ou relayer de débats politiques sur les médias ou réseaux sociaux au nom de l’association.
Notre action est également manifestement une pierre importante dans la lutte contre le gaspillage et pour le partage. Nous l’observons à chaque collecte. C’est une action simple, à la portée de tous, et au combien utile, voire indispensable.


 


Si l'on regarde dans le rétroviseur : que s'est-il passé depuis la création de votre association ?

Ouh la la ! Tant d’événements déjà, petits ou plus grands ! Tant de rencontres ! Tant d’Amour partagé ! Tant de soleils allumés, vraiment.

J’en retiendrai deux :

Notre première participation au salon de coiffure solidaire, organisé par la Maison des CITOYENS de Rennes, place de la République. Plus de 80 personnes sans abri ont été coiffées gratuitement et sont reparties avec des serviettes et produits de Bulles Solidaires. Nous avons fait le choix de distribuer les produits collectés en priorité via des associations au contact des bénéficiaires, pour toucher le plus grand nombre. Mais il nous semble très important de participer plusieurs fois par an à des évènements comme le salon de coiffure solidaire, ou de faire des maraudes, pour garder le sens de notre action. Ce jour là nous avons reçu mille sourires, des larmes aussi, serré bien des mains, offert de la chaleur à ceux qui le souhaitaient, échangé pour qu’ils sentent leur place dans ce monde et qu’ils nous voient, non pas comme des bienfaiteur.trice.s, mais comme des humains qui font route avec eux sur la même Terre.

Pour le second, je laisserai parler la Présidente, Laure-Anna :

« Il s’agissait du salon « Agir jeunes » à Vitré. Cet événement, organisé par les Points Info Jeunesse (PIJ) du Pays de Vitré, avait pour objectif de valoriser l’engagement des jeunes du territoire (artistes, entrepreneurs ou membres d’associations). Je tenais un stand pour Bulles Solidaires. J’ai pu échanger tout au long de la journée avec des élus du territoire, mais aussi des personnes à la recherche d’informations ou de conseils au sujet de l’engagement et de la vie associative. Ce jour-là et depuis, les propositions de contribution à l’association (bénévolat, collectes, partenariats…) arrivent régulièrement. Voir ainsi que les valeurs et l’enthousiasme que nous portons avec ce projet a un tel écho, tant chez les adultes que chez les jeunes, est une source d’inspiration et d’enthousiasme incroyable. »


Comment avez-vous procédé pour communiquer sur votre concept ?

Vous allez peut-être sourire. Depuis septembre, nous avons dû « ralentir » la communication, plutôt que la développer, car elle est plutôt positivement virale, notamment sur les réseaux sociaux et dans la presse, du fait des évènements. Nous avons besoin encore d’un peu de temps et surtout de bénévoles pour la développer. Nous avons bien ouvert un site internet… mais nous n’avons pas le temps aujourd’hui de nous y consacrer et de le mettre à jour. Toutefois il n’est pas indispensable pour le moment. La page facebook Association Bulles Solidaires par contre est très active. Nous n’avons pas non plus sollicité d’articles dans la presse, notamment Ouest-France, pour prendre le temps de nous structurer avant.


 


Quels retours observez-vous face aux actions déjà menées et aux projets à venir ?

En fait, les réactions face à notre action sont celles d’hommes et de femmes, avec des priorités et des valeurs comme chacun.e d’entre nous. Alors qu’il s’agisse de particuliers, de commerçant.e.s, d’entreprises ou de journalistes, les retours sont souvent le reflet de leur propre engagement ou de leur souhait de contribuer, d’une manière ou d’une autre à plus de solidarité, moins de gaspillage, plus d’humanité.  Les portes peuvent alors se fermer… ou s’ouvrir grand et généreusement.


Quelles réactions rencontrez-vous lorsque vous démarchez des entreprises pour Bulles solidaires ?

Nous allons commencer à démarcher les entreprises. Nous avons vraiment besoin qu’elles acceptent de partager l’idée de notre action avec les salarié.e.s qui y seraient sensibles et d’organiser des possibilités de collecte au sein de l’entreprise en déposant simplement une affiche ou un flyer et une boîte (dans le restaurant, la salle de pause…) et éventuellement en relayant l’engagement, ce serait l’idéal. Ou bien de faire un appel au volontariat, dans l’entreprise, pour un.e ou des ambassadeur.drice.s qui pourraient collecter.


Que pensez-vous du réseau Femmes de Bretagne ?

L’idée de réseau est au cœur des valeurs de Bulles Solidaires. D’énergies en énergies… pour changer le monde. Et Femmes de Bretagne est un réseau qui porte vraiment, dans son ADN et dans les faits, les valeurs de solidarité dans l’action, de soutien, de partage de compétences, de bienveillance et de simplicité. Un magnifique réseau porté sans aucun doute par une femme de cœur exceptionnelle, Marie Eloy.


 
 


Quels conseils donneriez-vous aux Femmes de Bretagne qui, elles aussi, souhaitent mener à bien leur projet d'association et/ou d'entreprise ?

Peu de conseils car si ce projet est aligné avec leurs valeurs il sera porté avec des ailes. Un seul peut-être, ne pas négliger la réflexion, la structuration, l’organisation, pour ne pas se brûler les ailes justement. Mais également, s’entourer d’énergies positives et solidaires, et de compétences partagées… Mais ça c’est Femmes de Bretagne !


Aujourd'hui, quels sont vos besoins pour atteindre vos objectifs ?

En résumé, pour cette année :
le soutien d’entreprises ou de structures qui pourraient nous offrir ou fabriquer des boîtes de collectes à un prix abordable
des entreprises qui acceptent d’établir un partenariat pour collecter au sein de leur établissement
de nouveaux adhérents pour collecter et ou participer aux évènements
des soutiens financiers ou en nature pour investir dans du matériel (ordinateur, imprimante, boîtes de rangement, flyers et affiches, chasubles pour les maraudes…).


D'autres actualités et événements à nous partager ?

Des collectes de produits complets (dentifrice, gels douches, brosses à dents, protections féminines…) dans les supermarchés en décembre, comme le font les banques alimentaires,
Un salon de coiffure éphémère et solidaire le 3 décembre, Place de la République, à Rennes.
Des actions dans les établissements scolaires autour de la précarité et de la collecte.
Des partenariats en finalisation avec des lieux d’accueil (douches, restaurant social…).
Et une magnifique nouvelle qui vient de tomber. Notre projet a été élu, parmi 22 candidatures, “Coup-de-coeur” du jury du FRIJ ce 24 novembre. Un très bel encouragement pour toute l’énergie et la foi mise dans Bulles Solidaires depuis sa naissance.


Pour vous suivre ? Vous contacter ? Vous découvrir plus encore ? 

Pour suivre l’actualité, notre page FB 
Pour nous contacter : contact@bulles-solidaires.com ou 06 34 38 37 51
Notre site web
Profil Femmes de Bretagne
Article rédigé par :
Virginie Le Gall. -