Le réseau social des Bretonnes qui entreprennent !
Déjà membre ? Se connecter
Mot de passe oublié
Fermer
Chargement en cours
Jeudi, Septembre 14, 2017

Céline Larcher, fondatrice de "Céline, Votre Opticienne à Domicile" (29) : "Il faut toujours être convaincue, croire en son projet, et ne pas rester isolée."

"Le plus souvent, on cherche le bonheur comme on cherche ses lunettes, quand on les a sur le nez." ironisait André Maurois. Pour le bonheur je ne sais pas, mais pour les lunettes, j'ai rencontré une Femme de Bretagne qui en vend à domicile ! Portrait de Céline Larcher, opticienne DE à domicile dans le Finistère !


Bonjour, peux-tu nous présenter
 ton activité "Céline, Votre Opticienne à Domicile" ?

Je suis opticienne DE à domicile. Je propose les mêmes services qu'en magasin, c'est-à-dire : ventes, conseils, entretien et réparations de lunettes (optiques et solaires), ventes de lentilles, et divers accessoires comme les produits d'entretien, étuis, cordons, ... Je me déplace avec mes valises contenant plus de 200 montures et mon matériel technique. Je reçois les clients sur rdv, soit à mon local à Briec près de la voie express, soit à domicile, en lieu d'accueil des personnes âgées et/ou à mobilité réduite, possible également à domicile ou sur leur lieu de travail pour les personnes actives. J'assure également, en zone rurale, des permanences dans des maisons de santé et paramédicales comme à Guiler-sur-Goyen.

 


Qu'est-ce qui t'a amenée à devenir opticienne ? Quelle parcours as-tu suivi pour y arriver ?

Après un licenciement économique en 2001, j'ai décidé de changer de branche, de passer de l'optique instrumentale à l'optique lunetterie. J'ai ainsi passé avec succès les examens de monteuse-vendeuse puis d'opticien lunetier.



À qui s'adressent tes prestations ?

Je propose des lunettes optiques et/ou solaires, correctrices ou non, pour hommes, femmes, enfants, quel que soit leur âge, y compris les bébés. Mes prestations s'adressent également aux personnes isolées, mais aussi aux personnes qui n'ont ni le temps, ni l'envie de faire les magasins ou les centres commerciaux.


Après 13 années d'expérience en boutique, tu as choisi de créer ta propre activité : qu'est-ce qui t'a donné envie de sauter le pas vers l'entrepreneuriat ?

Au cours de mes 13 années passées en magasin, j'ai remarqué que beaucoup de personnes ne pouvaient pas ou hésitaient à se déplacer en boutique. J'ai donc pensé qu'il fallait créer ce service.
Et début 2014, j'ai vu un article dans la presse locale concernant la Coopérative d'Activités et d'Emploi du Finistère, Chrysalide, qui m'a convaincue de me lancer dans l'entrepreneuriat.


 
"Au cours de mes 13 années passées en magasin, j'ai remarqué que beaucoup de personnes ne pouvaient pas ou hésitaient à se déplacer en boutique. J'ai donc pensé qu'il fallait créer ce service."


En 2014 tu es la première à créer ce service d'optique à domicile en Bretagne. Comment s'est passé le lancement de ton activité ?

Après de longs mois d'étude de marché et de démarches administratives, j'ai intégré la CAE fin octobre 2014. 
À cette époque, il n'y avait qu'une douzaine d'opticiens à domicile en France et aucun en Bretagne.


Quels sont les avantages lorsqu'on fait appel à un opticien à domicile ? Les tarifs sont-ils plus élevés que dans un commerce physique ?

Lorsqu'on fait appel à un opticien à domicile, c'est plus pratique, plus convivial et plus économique : pas de déplacements, pas d'attente, environnement familial, pas de stress, disponibilité, ...
Mes déplacements sont gratuits. Les tarifs sont nécessairement moins élevés parce qu'il n'y a pas de frais de boutique et pas de frais de franchisé, car je suis opticienne indépendante.
D'autre part, je pratique la transparence des prix : pas de fausses promotions.
Bien que je travaille essentiellement avec des fournisseurs français pour la qualité de leurs produits, mes prix sont compétitifs par rapport aux fabricants Sud Asiatiques.


Pour ce qui est de ton statut, tu as opté pour la CAE Chrysalide. Peux-tu nous présenter ce statut ? En quoi te convient-il ?

Chrysalide c'est une Coopérative d'Activités qui comprend près de 200 entrepreneurs d'horizons divers. Pour l'instant, je suis entrepreneure salariée et j'espère devenir associée.
Moyennant une contribution financière, je bénéficie des services administratifs, comptables et juridiques de la coopérative et des expériences des entrepreneurs du réseau.


 
 


Comment as-tu communiqué sur ton entreprise ?

J'ai commencé par communiquer dans la presse locale, puis j'ai fait la publicité sur ma voiture. J'ai présenté mon activité dans les maisons de retraite, entreprises de services à domicile et mairies des zones rurales. D'autre part, j'ai créé mon site internet et je suis présente sur les réseaux sociaux.
Je me fais aussi connaître dans différents salons locaux et dans des associations comme Femmes de Bretagne, Club des entreprises du Pays Glazik...


Que penses-tu du réseau Femmes de Bretagne ? Que t'a-t-il apporté ?

Ce réseau permet aux femmes de ne pas rester isolées et de bénéficier des conseils et de l'expérience des autres.
Dommage que le réseau ait quelques difficultés à se développer dans le Finistère.


Après 3 ans à ton compte, quel est ton regard sur l'entrepreneuriat ?

Après 3 ans d'entrepreneuriat, je pense que ce n'est pas évident et qu'il faut garder le cap en toutes circonstances. Travailler à son compte est quand même plus motivant !


 


Quels conseils donnerais-tu aux Femmes de Bretagne qui souhaitent se lancer dans l'aventure d'entrepreneure ?

Il faut toujours être convaincue, croire en son projet, et ne pas rester isolée.


Quels sont tes besoins aujourd'hui et pour l'avenir ?

Mes besoins aujourd'hui et pour l'avenir sont d'amplifier mes réseaux pour me faire connaître.


Pour te suivre et te contacter ? 

Mail : celine.optic@laposte.net
Tél : 06.21.83.80.17
Web : www.celineoptic.fr
Facebook
CAE 29
Mon profil Femmes de Bretagne

 
 
Un entretien mené par la Plume Virginie Le Gall,
blogueuse et experte en blogging pour Mamezell' en Finistère
Article rédigé par :
Virginie Le Gall. -