Le réseau social des Bretonnes qui entreprennent !
Déjà membre ? Se connecter
Mot de passe oublié
Fermer
Chargement en cours
Mercredi, Octobre 25, 2017

Aurore Cardin, ACD Concept Store (Lorient, 56) : « Mon projet était ambitieux, j’ai bien senti que j’allais avoir besoin de conseils à tous niveaux »

Surdiplômée et globe-trotteuse, Aurore Cardin, 36 ans, est de retour dans sa Bretagne natale. Créatrice de ACD Concept Store, cette entrepreneure dynamique,  passionnée de décoration branchée, de mode, d’accessoires de luxe, sensible aux pédagogies alternatives (Montessori, Reggio, Masson…) se pose le temps d’un retour sur son expérience. De la communication au marketing, en passant par la finance, la Larmorienne dévoile ses défis et l’importance des réseaux pour réussir. 
 
 


Conseil bienveillant : si vous avez un mot à glisser à Aurore Cardin, nulle perte de temps à la harceler d’appels ou de messages. Filez dans son concept store, à l’entrée de La Base, à Lorient. Elle y sera. Sans doute,  « à  200 à l’heure », comme elle décrit son quotidien. Mais plus disponible qu’au bout du fil, tant le passage est incessant dans cette boutique inédite morbihannaise. Miracle, la cheffe d’entreprise, lauréate de Réseau Entreprendre Bretagne (l’association  accompagne les porteurs de projets et chefs d’entreprise, via un prêt d’honneur et un parrainage) et adhérente à Femmes de Bretagne, a réussi le challenge : se poser quelques minutes et raconter son expérience. Un itinéraire  à donner le tournis à quiconque s’aventurerait à le suivre sur un globe terrestre.

 


Pourtant, c’est bien sur sa terre natale qu’elle a décidé de créer sa boîte, ACD Concept Store. « Un lieu de vie convivial et décalé », résume la dynamique Larmorienne. Native de Saint-Brieuc, elle a son fief à Larmor-Plage, où elle est aussi Conseillère Municipal. Bonne élève, elle décroche le Bac à 17 ans et enchaîne sur une prépa HEC, avant de débarquer sur la capitale, une école de commerce orientée international en ligne de mire. Laquelle la balade à Madrid et Londres où elle passera un double diplôme. Avant d’intégrer le prestigieux Science-Po Paris pour y suivre un master en communication. Diplômée, plutôt deux fois qu’une, Aurore Cardin dégote son premier poste en management, dans un palace de luxe à Paris, le Napoléon Paris. « Que ce soit lors de mes jobs d’été ou de mes stages, j’ai toujours visé la sphère élargie du luxe, qu’il s’agisse d’agences de presse spécialisées ou de maisons de mode », explique la passionnée. Deux ans s’écoulent et voilà qu’elle tente « une expat ‘ », à Montréal. Avant de « diversifier ses compétences » et de s’inscrire à un MBA (un master spécialisé) en finances et gestion de patrimoine sur Paris. S’en suit un départ pour Rome et diverses expériences en banques privées, entre Paris et la Bretagne. Vous pouvez détacher vos ceintures. En 2011, enceinte, elle rentre au bercail.
« En France, quand on embrasse une voie, il est difficile d’en changer, on vous estampille vite dans une case. »


 


Sur Lorient, Aurore Cardin travaille alors dans la gestion de patrimoine. Elle regrette : « En France, quand on embrasse une voie, il est difficile d’en changer, on vous estampille vite dans une case. » Lors de ses pauses midi, en cavale et sandwich en main, elle constate : « toutes les boutiques du centre-ville étaient fermées, il manquait un lieu de vie. Alors que quand j’étais gamine, il y avait des salons de thé raffinés ». L’idée fourmille. Et un bilan de compétences met en évidence son côté créatif, sa passion pour la mode et la déco. « J’ai tout mis dans un shaker, et mon concept store est né », raconte-t-elle. Le principe est rare en province. Une visite virtuelle s’impose. Sur 300 m², se côtoient de la décoration, du linge de maison, des meubles. « Un espace mode femmes », poursuit Aurore Cardin, où l’on déniche du prêt-à-porter principalement made-in-France, des bijoux, des chaussures, des foulards, des sacs. Et « un corner mode hommes », ajoute-t-elle. Un espace est aussi dédié aux enfants des chalands, avec une télévision pour les divertir, et une sélection pointue de décos, luminaires, doudous, jeux pédagogiques et de société, cadeaux de naissance. Pour finir « l’espace fooding » propose une cantine gourmande, à laquelle on peut s’attabler pour déjeuner, il est aussi possible de goûter confortablement installé dans le lounge, sur la terrasse ou le jardin. Sans oublier de fouler le sol de la cave et de l’épicerie fine, avec possibilité de consommer les victuailles sur place.

 
« Je suis fille de chef d’entreprise, mon père m’a toujours poussée en ce sens en me transmettant le virus de l’entreprenariat et l’envie de créer. ACD Concept Store by Aurore Cardin Design est en quelque sorte un hommage que je lui rends »


D’une mine d’or à cadeaux à un lieu de travail (une connexion wifi est disponible), ce paradis imaginé par Aurore Cardin ravit tout public : « Lors de notre étude de marché, on ne s’imaginait pas accueillir des hommes, ni des personnes âgées, or nous avons une clientèle hétéroclite ». Car c’est la préoccupation de la dirigeante: « Les clients ne doivent pas ressortir frustrés ». Alors, si elle s’applique à choisir « au coup de cœur » des produits de « forte qualité », elle s’entête à respecter tous les budgets et sélectionner du « moyen et haut de gamme ». Blogueuse, toujours connectée, les dernières tendances ne lui échappent jamais. Dès l’enfance, elle imaginait ses vêtements et les faisait ensuite réaliser par une couturière locale. Les plans du magasin, c’est elle qui les a dessinés. Ses voyages passés l’habitent. « J’affectionne les tendances naturelles, c’est-à-dire les matières brutes, nobles, au style nordique. J’aime aussi le design scandinave, épuré, qui laisse passer la lumière. Et je suis à l’affût des tendances nord-américaines », énumère la fashionista. Ravie de sa nouvelle vie, depuis l’ouverture du lieu en octobre 2016, aux côtés de sa mère, son associée. « Je suis fille de chef d’entreprise, mon père m’a toujours poussée en ce sens en me transmettant le virus de l’entreprenariat et l’envie de créer. ACD Concept Store by Aurore Cardin Design est en quelque sorte un hommage que je lui rends.  Ma maman a travaillé à ses côtés, aujourd’hui, nous nous complétons, nous avons des profils distincts ».

 


Fonceuse, dynamique, « mais pas joueuse », Aurore Cardin « entre dans la partie pour gagner ». C’est pourquoi elle s’entoure de réseaux. Comme Femmes de Bretagne ou le Réseau Entreprendre, dont elle est l’une des récentes lauréates. « Mon projet était ambitieux, j’ai bien senti que j’aurais besoin de conseils à tout niveau », réagit-elle à l’évocation de ses défis actuels : « franchiser le concept  sur la côte atlantique et la côte nordique, et lancer un e-shop (boutique en ligne) ». Deux challenges pour lesquels le Réseau Entreprendre Bretagne l’accompagne. Elle confirme que « les réseaux sont une grosse force ». C’est d’ailleurs dans sa joyeuse boutique que s’est organisée l’une des dernières rencontres du groupe Femmes de Bretagne de Lorient, le 15 juin dernier (voir photo). Du développement de ses affaires, à l’échange sur des problématiques communes aux cheffes d’entreprises, en passant par la rencontre avec d’autres entrepreneures, ou la mutualisation de clientèle, les avantages sont gagnants. Pas le temps de les énumérer davantage, l’heure de la pause déjeuner a sonné. Pas pour Aurore Cardin, inutile de le préciser, mais pour ses clients chanceux venus se ressourcer.


 
Un entretien mené par la Plume Léonie Place,
rédactrice de contes de faits pour Scribeuse
Article rédigé par :
Léonie Place. -