Le réseau social des Bretonnes qui entreprennent !
Déjà membre ? Se connecter
Mot de passe oublié
Fermer
Chargement en cours
Mardi, Juillet 11, 2017

Alexia Tanguy, graphiste indépendante à Vannes (56) : « Je vis ma vie d’entrepreneure comme des rencontres et des projets. J’apprends tous les jours et je le vis comme une vraie chance ! »

Jeune entrepreneure âgée d’à peine 30 ans et installée dans le centre-ville de Vannes, Alexia Tanguy multiplie les expériences ! La graphiste-webdesigner-intégratrice se nourrit des rencontres effectuées dans le milieu professionnel et le bénévolat. Son cerveau qui fourmille d’idées lui a valu de travailler, très récemment, pour la série télévisée Agathe Koltès.


Pourquoi avoir choisi d’installer ton studio à Vannes ?

En fait, c’est plutôt Vannes qui m’a choisie ! Quand je suis revenue de Paris, j’ai créé mon statut d’auto-entrepreneur en attendant de trouver un emploi. Pourtant convaincue qu’il me faudrait aller à Nantes ou Rennes, j’ai tout de même tenté le porte-à-porte, à Vannes, pour des raisons personnelles. Finalement cette manière de démarcher m’a ouvert de nombreuses portes. Quelques agences de communication m’ont appelée pour venir en aide à leur équipe en cas de « rush » et une entreprise m’a proposé un contrat de trois jours/semaine. Pendant deux ans, j’ai donc développé en parallèle  mon activité de freelance avec le contrat à temps partiel. Devenu trop difficile à gérer, j’ai alors quitté ce poste qui allait pourtant se transformer en CDI. Ne voulant pas laisser tomber ce que j’avais commencé à construire, je me suis laissée guider par ce qui m’animait vraiment : l’entrepreneuriat. J’ai choisi de louer un bureau en coworking, dans le centre-ville. Vannes, comparativement à la vie menée à Paris, m’apaise. J’adore le cadre de vie et je constate qu’il y a du potentiel économique. Il y a toujours du travail pour ceux qui en veulent !


 


Est-ce facile de trouver des clients en tant que graphiste indépendante ?

Nous sommes beaucoup à être graphistes en freelance ! Mais finalement nous arrivons toujours à avoir des missions ! Nous avons chacun des univers très différents, notre « pâte graphique » comme on dit dans le jargon. La clé du succès c’est le contact humain ; il faut développer son réseau. Le bouche-à-oreille est très en vogue à Vannes car c’est une petite ville ! L’important est de parler de son activité à un maximum de gens et de s’entourer de personnes motivées. 
À mes débuts, je ne savais pas me vendre. J’avais une peur bleue du téléphone. Si un numéro inconnu s’affichait sur mon téléphone, je ne décrochais pas. Maintenant j’y vais, je fonce, je n’hésite plus !

 
Peux-tu nous dire ce que tu aimes dans ton métier de graphiste freelance ?

Ce que j’aime par-dessus tout, aussi bien pour le print que le web, c’est mettre des formes et de couleurs sur les mots. Les gens viennent me voir en sachant plus ou moins ce qu’ils veulent ; mon objectif premier est de faire passer le bon message visuel. Chaque projet est différent car toutes les demandes varient en fonction de la personne, de son vécu, de son business, de ses goûts ou encore ses envies. D’où l’importance pour moi de rencontrer la personne avec qui je vais travailler. Les rendez-vous en disent déjà long sur la personnalité des clients.

J’adore les rencontres professionnelles que je fais grâce à mon métier! Ce sont des rencontres de gens passionnés, avec qui on peut échanger  et surtout… partager ! Nous sommes beaucoup de travailleurs indépendants sur Vannes avec des compétences différentes et complémentaires et c’est pourquoi c’est intéressant de travailler ensemble.


Le collaboratif est donc une priorité pour toi?

Absolument ! J’ai d’ailleurs créé un collectif avec deux autres indépendantes bretonnes, une rédactrice web et une photographe : Webcombzh. Ce collectif a vu le jour parce que nous considérons que chaque métier est différent et que nous avons tout ce qu’il faut en Bretagne pour collaborer et proposer des solutions clés en main, adaptées à tous les domaines et à toutes les exigences. Je compte beaucoup sur ce collectif et son évolution. Autoentrepreneurs bretons, vous êtes les bienvenus !


 
"Aujourd’hui, je ne donnerais rien pour redevenir salariée, j’aime cette liberté, ce rythme particulier qui alterne entre périodes calmes et intenses."!


Es-tu investie dans la vie associative ?

Je fais partie de trois associations, très différentes les unes des autres. L’une est une association de moto, l’autre une association écologique, la dernière est Rêves de Créateurs : le salon de la création et de l’innovation régionale qui se déroule chaque année à Vannes. Cela me prend beaucoup de temps mais j’adore ça, c’est aussi une autre manière de faire des rencontres ! Je ne m'y investis pas pour faire du business mais plutôt pour aider les gens. Je me rends compte que le peu de travail effectué, les gens sont contents et reconnaissants ! Et ça c’est très valorisant !


Comment arrives-tu à déconnecter de ton travail, le soir ou le week-end ?

Je ne prends plus mon ordinateur portable ! Je « coupe ». Il est important de faire la part des choses entre le travail et la vie personnelle. En cela, la location de bureau m’a beaucoup aidée ! Quand je travaillais de chez moi, j’étais capable de travailler à toute heure, même au milieu de la nuit. Aujourd’hui je me fixe des limites : plus d’ordinateur portable et notifications d’emails désactivées sur téléphone mobile. Ça a tout changé, j’arrive enfin à déconnecter. Je fais également beaucoup de sport pour décompresser. Ça m’oblige aussi à quitter mon bureau à une heure raisonnable !


As-tu une expérience marquante à nous partager ?

Très récemment, ma collègue de coworking me donne le téléphone et me dit : « Tiens, y a quelqu’un qui recherche un graphiste. » Je prends le téléphone et là, surprise, il s’agissait de la production de la série Agathe Koltès tournée à Vannes. La mission qui m’était proposée : réaliser tous les faux documents juridiques, cartes des policiers, ainsi que logo de fausse marque. C’était une occasion improbable et incroyable qui s’offrait à moi. Alors j’ai accepté ! Ça a été une période intense qui demandait beaucoup de réactivité et d’adaptabilité ! J’ai rempli la mission et cela m’a confortée dans mon travail ! Je réalise maintenant que je vais apparaître dans le générique de France 3, c’est incroyable (rires) ! Les opportunités sont parfois surprenantes !


 


Quels conseils pourrais-tu donner aux futures entrepreneures ou celles qui hésitent encore à se lancer ?

Lancez-vous et gardez toujours l’esprit ouvert ! Je me dis souvent que si ça ne marche pas, au moins j’aurai essayé ! Je vis ma vie d’entrepreneure comme des rencontres, des projets nouveaux. J’apprends tous les jours ! Je le vis comme une vraie chance. Il y a forcément des moments de stress et des nuits (trop) courtes mais c’est aussi ça être à son compte ! Aujourd’hui, je ne donnerais rien pour redevenir salariée, j’aime cette liberté, ce rythme particulier qui alterne entre périodes calmes et intenses. Je ne gagne pas des mille et des cents mais qu’est-ce que je suis épanouie !



Pour en savoir plus sur les services d’Alexia, rendez-vous sur son site internet ou sa page Facebook. Elle dispose également d'un profil sur le réseau Femmes de Bretagne.
Ses coordonnées : 06 30 99 61 93  18 rue Thiers, 56 000 Vannes.



 
Un entretien mené par la Plume Lucie GILLET.
Rédactrice et Community Manager à Vannes (56)
Article rédigé par :
Lucie GILLET. -